Il s'agit là de l'arrangement financier le plus élevé jamais conclu par le contrôleur FTC avec une entreprise. Le montant de l'accord avait été dévoilé la semaine dernière déjà. Précédemment, Facebook avait fait savoir qu'elle avait mis de côté 3 milliards de dollars pour cette affaire. Dans une autre enquête effectuée par le contrôleur boursier SEC, le géant des médias sociaux avait aussi trouvé un arrangement pour un montant de 100 millions de dollars.

L'amende infligée par le FTC porte sur plusieurs scandales de confidentialité, dont une fuite ayant permis à l'agence de campagnes Cambridge Analytica d'avoir un accès non autorisé aux données de millions d'utilisateurs américains. Avec ces scandales, Facebook a enfreint des accords conclus lors d'un arrangement précédent avec le FTC en 2011. De son côté, le SEC inflige une amende à Facebook, parce que l'entreprise n'a pas suffisamment informé ses investisseurs à propos des problèmes de non-respect de la vie privée.

Mesures

Facebook réagit à l'amende dans un communiqué posté sur son blog, où l'entreprise déclare qu'elle consacrera une plus grande attention à la confidentialité dans le futur. Elle évoque une 'avancée fondamentale' sur le plan du respect de la vie privée et ce, à chaque niveau.

L'entreprise parle également d'une nouvelle structure de protection de la confidentialité et des informations. Elle va en outre entreprendre des actions contre des partenaires ayant accès aux données. Actuellement, il n'y a que Microsoft et Sony qui peuvent visionner les informations liées à vos amis sur Facebook, mais c'en sera aussi terminé.

De plus, le FTC interdit notamment à Facebook d'encore demander le mot de passe de l'e-mail de quelqu'un aux nouveaux membres qui s'enregistrent. Facebook utilisa cette pratique plus tôt cette année, en théorie pour simplifier la vérification des comptes. Mais elle obtenait ainsi l'accès à la boîte mail des utilisateurs concernés.

Autre mesure: l'entreprise ne pourra plus utiliser les numéros de téléphone à des fins publicitaires, si ces numéros ont été déclinés pour autre chose. Quiconque donnait son numéro de GSM pour activer par exemple l'authentification à deux facteurs (2FA), apprenait initialement de Facebook que c'était uniquement destiné à cela. Or l'entreprise abusait ensuite de ces données dans un but lucratif.

Une grande partie des contraintes imposées à Facebook sont déjà appliquées dans la pratique, mais il nous faut faire remarquer ici qu'il n'en a été ainsi qu'après que Facebook eût essuyé de lourdes critiques ou ait été prise la main dans le sac.

C'est ainsi que toutes portes dérobées qui transfèrent des données à des partenaires, sont sciemment mises en place pour faciliter l'échange de données, ce qui se traduit par davantage de données et donc de possibilités publicitaires tant pour Facebook que pour ses partenaires.

Reste à voir si Facebook changera réellement son fusil d'épaule au niveau du respect de la vie privée. C'est que depuis sa création, l'entreprise accumule les scandales en la matière. Et chaque fois qu'elle est 'pincée' ou critiquée, elle fait valoir les mêmes excuses et promet qu'elle ne le fera plus. La principale différence par rapport aux mesures actuelles, c'est que Facebook doit cette fois aussi payer une amende pour non-respect de la vie privée des utilisateurs.