La branche irlandaise de Facebook détenait la propriété intellectuelle sur toutes les ventes internationales de l'entreprise. Les autres composantes de Facebook la payaient pour pouvoir l'utiliser. Il en résultait que l'entreprise ne devait pas verser de taxe sur son bénéfice aux Etats-Unis, mais bien en Irlande. C'est ainsi qu'en 2018, Facebook engrangea plus de 15 milliards de dollars de bénéfice sur lesquels elle ne versa que 101 millions de dollars d'impôts, selon The Times. Cela revient à un taux fiscal de moins de 0,7 pour cent.

'La licence sur la propriété intellectuelle de nos activités internationales est récupérée aux Etats-Unis', déclare Facebook au Times.

Le service américain des impôts - l'Internal Revenue Service - avait au début de cette année traîné Facebook en justice. Il accusait en effet l'entreprise d'évasion fiscale et exigeait des milliards d'arriérés.

La branche irlandaise de Facebook détenait la propriété intellectuelle sur toutes les ventes internationales de l'entreprise. Les autres composantes de Facebook la payaient pour pouvoir l'utiliser. Il en résultait que l'entreprise ne devait pas verser de taxe sur son bénéfice aux Etats-Unis, mais bien en Irlande. C'est ainsi qu'en 2018, Facebook engrangea plus de 15 milliards de dollars de bénéfice sur lesquels elle ne versa que 101 millions de dollars d'impôts, selon The Times. Cela revient à un taux fiscal de moins de 0,7 pour cent.'La licence sur la propriété intellectuelle de nos activités internationales est récupérée aux Etats-Unis', déclare Facebook au Times.Le service américain des impôts - l'Internal Revenue Service - avait au début de cette année traîné Facebook en justice. Il accusait en effet l'entreprise d'évasion fiscale et exigeait des milliards d'arriérés.