Le site web avait précédemment déjà mentionné que sur le plus important réseau social au monde paraissaient des annonces pour des étuis à révolver, des vestes anti-balles et d'autres équipements militaires dans les flux de nouvelles de personnes ayant participé à l'envahissement du Capitole à Washington plus tôt ce mois-ci. 'Par mesure de prudence, nous interdisons temporairement les annonces pour des accessoires d'armes et de l'équipement de protection aux Etats-Unis jusqu'au 22 janvier au minimum', a déclaré un porte-parole de Facebook à BuzzFeed.

Facebook affirme apprécier que des collaborateurs, des rédacteurs de BuzzFeed et des décideurs lui aient signalé le problème. Les utilisateurs et collaborateurs de Facebook ont observé une augmentation du nombre de publicités pour des accessoires et des équipements militaires, y compris des vestes anti-balles, dans les jours qui ont suivi les violences au sein du Parlement américain, qui ont coûté la vie à cinq personnes. Ce genre de publicité est aussi paru chez des utilisateurs suivant des pages ou des groupes d'extrême droite sur le réseau social. Sur Facebook, les annonces pour des armes et des munitions ne pouvaient déjà plus être insérées.

Le site web avait précédemment déjà mentionné que sur le plus important réseau social au monde paraissaient des annonces pour des étuis à révolver, des vestes anti-balles et d'autres équipements militaires dans les flux de nouvelles de personnes ayant participé à l'envahissement du Capitole à Washington plus tôt ce mois-ci. 'Par mesure de prudence, nous interdisons temporairement les annonces pour des accessoires d'armes et de l'équipement de protection aux Etats-Unis jusqu'au 22 janvier au minimum', a déclaré un porte-parole de Facebook à BuzzFeed.Facebook affirme apprécier que des collaborateurs, des rédacteurs de BuzzFeed et des décideurs lui aient signalé le problème. Les utilisateurs et collaborateurs de Facebook ont observé une augmentation du nombre de publicités pour des accessoires et des équipements militaires, y compris des vestes anti-balles, dans les jours qui ont suivi les violences au sein du Parlement américain, qui ont coûté la vie à cinq personnes. Ce genre de publicité est aussi paru chez des utilisateurs suivant des pages ou des groupes d'extrême droite sur le réseau social. Sur Facebook, les annonces pour des armes et des munitions ne pouvaient déjà plus être insérées.