Depuis hier jeudi, l'entreprise offre en effet cette possibilité sur ses deux réseaux dans plus de 90 pays, dont la Belgique, parce qu'à l'entendre, les utilisateurs le demandaient. Il ne leur est cependant pas possible de renoncer à l'ensemble des annonces.

Cette option s'applique non seulement aux annonces électorales, mais aussi à d'autres publicités politiques et annonces liées à des questions sociales. Sur Facebook et Instagram, ces dernières étaient déjà accompagnées d'un label indiquant qui en était à l'origine. Le mois passé déjà, l'entreprise signalait dans un message posté sur un blog 'qu'un commentaire récurrent, c'était que les utilisateurs ne voulaient pas voir s'amonceler des annonces politiques dans leur flux. Ces prochains mois, nous ferons en sorte de mieux comprendre les préférences variées en matière de contenu politique. C'est sur cette base que nous testerons diverses solutions.'

Fausses informations

Facebook avait été pointée du doigt suite, notamment, au référendum sur le brexit et aux élections présidentielles américaines de 2016. A l'époque, le média social avait été abusé en vue d'influencer les électeurs au moyen de fausses informations.

Mercredi, l'entreprise signalait déjà vouloir mettre fin à l'interdiction des annonces politiques sur ses plates-formes aux Etats-Unis. Il sera donc de nouveau possible pour la première fois depuis des mois d'y insérer des annonces à caractère politique, électoral et social. L'entreprise technologique américaine avait renoncé à insérer de nouvelles annonces politiques en préambule aux élections présidentielles en novembre. Dans les semaines qui suivirent, toutes les publicités à caractère politique furent rejetées, après que l'ex-président Donald Trump ait contesté les résultats des élections qu'il perdit.

Depuis hier jeudi, l'entreprise offre en effet cette possibilité sur ses deux réseaux dans plus de 90 pays, dont la Belgique, parce qu'à l'entendre, les utilisateurs le demandaient. Il ne leur est cependant pas possible de renoncer à l'ensemble des annonces.Cette option s'applique non seulement aux annonces électorales, mais aussi à d'autres publicités politiques et annonces liées à des questions sociales. Sur Facebook et Instagram, ces dernières étaient déjà accompagnées d'un label indiquant qui en était à l'origine. Le mois passé déjà, l'entreprise signalait dans un message posté sur un blog 'qu'un commentaire récurrent, c'était que les utilisateurs ne voulaient pas voir s'amonceler des annonces politiques dans leur flux. Ces prochains mois, nous ferons en sorte de mieux comprendre les préférences variées en matière de contenu politique. C'est sur cette base que nous testerons diverses solutions.'Facebook avait été pointée du doigt suite, notamment, au référendum sur le brexit et aux élections présidentielles américaines de 2016. A l'époque, le média social avait été abusé en vue d'influencer les électeurs au moyen de fausses informations.Mercredi, l'entreprise signalait déjà vouloir mettre fin à l'interdiction des annonces politiques sur ses plates-formes aux Etats-Unis. Il sera donc de nouveau possible pour la première fois depuis des mois d'y insérer des annonces à caractère politique, électoral et social. L'entreprise technologique américaine avait renoncé à insérer de nouvelles annonces politiques en préambule aux élections présidentielles en novembre. Dans les semaines qui suivirent, toutes les publicités à caractère politique furent rejetées, après que l'ex-président Donald Trump ait contesté les résultats des élections qu'il perdit.