On a encore et toujours le vent en poupe du côté de Menlo Park, où se trouve le siège central de Facebook. Le chiffre d'affaires s'est établi à 13,7 milliards de dollars, en croissance de 33 pour cent par rapport à la même période de l'année dernière. Le groupe internet tire la très grande majorité de ses revenus publicitaires (92 pour cent) des annonces mobiles. Quant au bénéfice net, il a grimpé de 9 pour cent à 5,1 milliards de dollars.

Ces résultats trimestriels abordent aussi le nombre d'utilisateurs. En septembre, la quantité d'utilisateurs mensuels a progressé de 10 pour cent à 2,27 milliards par rapport à l'année passée. Chaque jour, ce sont quasiment 1,5 milliard de personnes qui utilisent Facebook, ce qui représente une hausse de 9 pour cent en comparaison avec 2017. Cette croissance se situe surtout sur de nouveaux marchés, comme l'Asie. Aux Etats-Unis et au Canada, où Facebook tire nettement plus d'argent de chaque utilisateur, la croissance est restée limitée.

En Europe, il y a davantage d'utilisateurs qui clôturent leur compte Facebook que de nouveaux venus: le nombre d'utilisateurs mensuels actifs sur notre continent a ainsi reculé de 377 à 376 millions. Ce revirement avait été amorcé le trimestre précédent déjà. Facebook en avait alors attribué la faute au GDPR.