Cette intervention s'inscrit dans l'enquête en cours visant des développeurs d'applis, enquête que Facebook avait entamée au printemps 2018 après le scandale de confidentialité signé Cambrigde Analytica. Cette agence de campagnes avait eu un accès non-autorisé aux données de millions d'utilisateurs de Facebook.

Les applis supprimées sont associées à quelque quatre cents développeurs, selon Facebook. Et la firme technologique d'ajouter qu'il ne faut pas que des applis constituent systématiquement une menace pour les utilisateurs. "Nous progressons, même si nous n'allons pas tout intercepter. Du reste, ce que nous interceptons, est aussi dû à l'aide d'autres personnes en dehors de Facebook", déclare l'entreprise dans un communiqué posté sur son blog.

Précédemment, Facebook avait trouvé avec le contrôleur de marché américain FTC un arrangement d'un montant de 5 milliards de dollars en raison de plusieurs scandales liés au non-respect de la vie privée des utilisateurs. Son directeur, Mark Zuckerberg, n'aurait pas fait la moindre difficulté vis-à-vis des décisions prises à propos de la gestion des données personnelles. Il faut dire qu'en propageant des informations et des paramètres trompeurs, Facebook aurait depuis 2012 miné les désirs de confidentialité de ses utilisateurs. En outre, Facebook aurait eu préventivement connaissance des problèmes.