Cet été encore, Facebook a confirmé sa collaboration avec Ray-Ban et lance à présent sur le marché les Ray-Ban Stories. Ces lunettes, dont le prix démarre à 329 euros, se déclinent avec diverses montures et verres Ray-Ban, en option aussi avec des verres renforcés (moyennant un supplément de prix). Elles sont en vente dans tous les magasins Ray-Ban, mais aussi dans d'autres magasins dans certains pays (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Irlande, Australie et Italie).

Pour ce montant, vous disposerez de lunettes solaires offrant deux caméras de 5 méga-pixels à l'avant. Les Ray Ban Stories sont équipées de micros et de haut-parleurs pour vous permettre d'écouter de la musique ou de réaliser des photos et des vidéos par commande vocale. Latéralement, on trouve un mini-panneau tactile pour ajuster le volume par exemple. Contrairement à certains modèles antérieurs tels les Google Glass, il ne s'agit ici pas de lunettes AR. Il n'y a pas d'affichage tête haute. Il est donc surtout question ici de lunettes solaires à caméra incorporée, commande vocale et équipée d'un mini-haut-parleur.

Facebook
© Facebook

Confidentialité

Les lunettes à caméra suscitent cependant certaines réflexions en matière de confidentialité. Et le fait que Facebook soit connue pour une série infinie d'infractions au respect de la vie privée, rend la situation encore plus délicate.

La bonne nouvelle, c'est que les Ray-Ban Stories offrent un petit voyant blanc, lorsque la caméra est utilisée. Voilà qui devrait veiller à ce qu'on ne puisse pas filmer quelqu'un en secret. Mais The Verge, qui a pu tester les lunettes, fait observer qu'il s'agit d'un voyant assez blafard passant assez inaperçu.

De plus, il semble plutôt facile de dissimuler ledit voyant. Facebook a beau déclarer que cela va à l'encontre des conditions d'utilisation, cela n'empêchera évidemment personne de filmer des choses défendues. Comme les lunettes sont basées sur des montures Ray-Ban existantes, la différence avec des lunettes classiques n'est guère évidente. En théorie, il est technologiquement possible de désactiver automatiquement la caméra, si le voyant est recouvert, mais pour autant qu'on sache, cela ne se fait pas.

Facebook
© Facebook

Facebook dispose elle-même d'une page donnant des explications sur la confidentialité. C'est ainsi qu'on apprend que l'entreprise n'utilisera jamais des photos prises avec les lunettes (indépendamment des lieux où les images sont partagées). Facebook demande aussi de ne pas utiliser les lunettes dans des vestiaires, toilettes publiques ou édifices religieux, de se conformer à la loi en vigueur, de ne pas enfreindre la confidentialité et de respecter les préférences des gens. Toutes des choses que les régulateurs en matière de respect de la vie privée réclament dans le monde entier de la part de Facebook depuis plus de dix ans déjà.

Qui veut des lunettes avec caméra?

Reste à savoir si les gens attendent avec impatience les lunettes avec caméra de Facebook. Contrairement à d'autres produits tels son casque VR Oculus, Facebook collabore ici avec Ray-Ban, une partie s'occupant de la technologie, et l'autre du design.

Mais Facebook est aussi loin d'être la première firme à sortir de telles lunettes. Il y a quasiment dix ans, en 2012, Google avait introduit ses Google Glass, mais le produit n'était pas assez mature et donna plus d'une fois aux personnes proches un sentiment de gêne en raison de sa caméra bien visible. Le produit fit donc long feu et effectue depuis quelques années un comeback sous la forme d'un modèle plus professionnel.

Facebook
© Facebook

Bien imité

Snapchat elle aussi avait en 2016 déjà sorti des lunettes intelligentes équipées d'une caméra plus discrète, mais sans grand succès. L'entreprise effectua une deuxième tentative en 2018, mais provisoirement sans plus de réussite. Il est probable que Facebook a copié l'idée de ses Ray-Ban Stories de son concurrent Snapchat. Tout comme elle l'avait fait autrefois avec les stories sur Instagram du même Snapchat. Entre-temps, Huawei a elle aussi en 2020 lancé des lunettes connectées: les X Gentle Monster Eyewear.

Reste donc à savoir si Facebook réussira là où d'autres ont échoué. Le produit lancé en partenariat avec Ray-Ban et ne portant pas le terme 'Facebook' dans son appellation pourra peut-être convaincre le consommateur moyen qu'il s'agit de lunettes solaires intégrant de la technologie, plutôt que de la technologie sous la forme de lunettes solaires. Mais les échecs précédents et l'aversion contre les caméras secrètes en combinaison avec la piètre réputation de Facebook dans le domaine du respect de la vie privée seront probablement les principaux obstacles à surmonter.

Cet été encore, Facebook a confirmé sa collaboration avec Ray-Ban et lance à présent sur le marché les Ray-Ban Stories. Ces lunettes, dont le prix démarre à 329 euros, se déclinent avec diverses montures et verres Ray-Ban, en option aussi avec des verres renforcés (moyennant un supplément de prix). Elles sont en vente dans tous les magasins Ray-Ban, mais aussi dans d'autres magasins dans certains pays (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Irlande, Australie et Italie).Pour ce montant, vous disposerez de lunettes solaires offrant deux caméras de 5 méga-pixels à l'avant. Les Ray Ban Stories sont équipées de micros et de haut-parleurs pour vous permettre d'écouter de la musique ou de réaliser des photos et des vidéos par commande vocale. Latéralement, on trouve un mini-panneau tactile pour ajuster le volume par exemple. Contrairement à certains modèles antérieurs tels les Google Glass, il ne s'agit ici pas de lunettes AR. Il n'y a pas d'affichage tête haute. Il est donc surtout question ici de lunettes solaires à caméra incorporée, commande vocale et équipée d'un mini-haut-parleur.Les lunettes à caméra suscitent cependant certaines réflexions en matière de confidentialité. Et le fait que Facebook soit connue pour une série infinie d'infractions au respect de la vie privée, rend la situation encore plus délicate.La bonne nouvelle, c'est que les Ray-Ban Stories offrent un petit voyant blanc, lorsque la caméra est utilisée. Voilà qui devrait veiller à ce qu'on ne puisse pas filmer quelqu'un en secret. Mais The Verge, qui a pu tester les lunettes, fait observer qu'il s'agit d'un voyant assez blafard passant assez inaperçu.De plus, il semble plutôt facile de dissimuler ledit voyant. Facebook a beau déclarer que cela va à l'encontre des conditions d'utilisation, cela n'empêchera évidemment personne de filmer des choses défendues. Comme les lunettes sont basées sur des montures Ray-Ban existantes, la différence avec des lunettes classiques n'est guère évidente. En théorie, il est technologiquement possible de désactiver automatiquement la caméra, si le voyant est recouvert, mais pour autant qu'on sache, cela ne se fait pas.Facebook dispose elle-même d'une page donnant des explications sur la confidentialité. C'est ainsi qu'on apprend que l'entreprise n'utilisera jamais des photos prises avec les lunettes (indépendamment des lieux où les images sont partagées). Facebook demande aussi de ne pas utiliser les lunettes dans des vestiaires, toilettes publiques ou édifices religieux, de se conformer à la loi en vigueur, de ne pas enfreindre la confidentialité et de respecter les préférences des gens. Toutes des choses que les régulateurs en matière de respect de la vie privée réclament dans le monde entier de la part de Facebook depuis plus de dix ans déjà.Reste à savoir si les gens attendent avec impatience les lunettes avec caméra de Facebook. Contrairement à d'autres produits tels son casque VR Oculus, Facebook collabore ici avec Ray-Ban, une partie s'occupant de la technologie, et l'autre du design.Mais Facebook est aussi loin d'être la première firme à sortir de telles lunettes. Il y a quasiment dix ans, en 2012, Google avait introduit ses Google Glass, mais le produit n'était pas assez mature et donna plus d'une fois aux personnes proches un sentiment de gêne en raison de sa caméra bien visible. Le produit fit donc long feu et effectue depuis quelques années un comeback sous la forme d'un modèle plus professionnel.Snapchat elle aussi avait en 2016 déjà sorti des lunettes intelligentes équipées d'une caméra plus discrète, mais sans grand succès. L'entreprise effectua une deuxième tentative en 2018, mais provisoirement sans plus de réussite. Il est probable que Facebook a copié l'idée de ses Ray-Ban Stories de son concurrent Snapchat. Tout comme elle l'avait fait autrefois avec les stories sur Instagram du même Snapchat. Entre-temps, Huawei a elle aussi en 2020 lancé des lunettes connectées: les X Gentle Monster Eyewear.Reste donc à savoir si Facebook réussira là où d'autres ont échoué. Le produit lancé en partenariat avec Ray-Ban et ne portant pas le terme 'Facebook' dans son appellation pourra peut-être convaincre le consommateur moyen qu'il s'agit de lunettes solaires intégrant de la technologie, plutôt que de la technologie sous la forme de lunettes solaires. Mais les échecs précédents et l'aversion contre les caméras secrètes en combinaison avec la piètre réputation de Facebook dans le domaine du respect de la vie privée seront probablement les principaux obstacles à surmonter.