Les posts qui fournissent des informations sur les pilules abortives ou qui proposent aux femmes de leur fournir ces pilules sont rapidement supprimés. Cette procédure semble survenir quelques jours après une décision de la Cour suprême des États-Unis qui annule le droit à l'avortement au niveau fédéral. Une décision qui retire aux femmes leur droit de décision en ce qui concerne "leur propre ventre", dans environ la moitié des États américains.

Cela a conduit à une série de manifestations et de déclarations de soutien sur les médias sociaux, y compris des messages à propos des pilules abortives. Pour le moment, ces pilules sont disponibles légalement sur tout le territoire américain. Vous pouvez les faire envoyer par la poste après une consultation (en ligne) auprès d'une entreprise certifiée, et certaines utilisatrices proposent également de les acheter pour d'autres. Cependant, les plateformes de Meta agissent très rapidement pour supprimer tous les posts à ce sujet. Même s'ils se contentent de donner des informations sur l'existence de ces pilules.

Pas égaux devant la loi

Des rapports d'Associated Press (AP) et du magazine Vice montrent que des posts tels que "Si vous avez besoin de pilules abortives, mais que vous voulez qu'elles soient envoyées à mon adresse, vous pouvez m'envoyer un message privé" sont supprimés en quelques minutes. Selon Meta, ces messages vont à l'encontre des règles sur l'envoi "d'armes à feu, d'animaux et de biens réglementés". Détail frappant : dans les tests effectués par Vice et AP, dans lesquels ils ont proposé avec une formulation similaire d'envoyer aux gens une arme à feu ou de la marijuana, le besoin de supprimer le message s'est avéré moins pressant. Il semble donc que Meta donne actuellement la priorité aux publications visant à aider les femmes à maintenir une certaine autodétermination physique.

Les posts expliquant l'existence des pilules et la procédure pour les obtenir légalement sont également supprimés en quelques minutes. Andy Stone, porte-parole de Meta, indique dans un tweet que la société n'autorise pas les individus à donner ou à vendre des médicaments, mais que les messages contenant des informations sur les pilules devraient être autorisés, et que des mesures trop strictes ont été prises dans certains cas.

Confusion

Il semble que Meta fasse difficilement la distinction entre "Je veux vous envoyer ces pilules par la poste" et "vous pouvez commander ces pilules par e-mail". Pour les utilisateurs des plateformes sociales, il faudra donc être devin pour savoir si leur message visant à aider les gens restera longtemps en ligne ou non.

La capacité de Meta à appliquer ses propres règles en matière de modération de contenu fait l'objet de critiques et ce n'est pas nouveau. Par moments, la société s'avère particulièrement mauvaise pour passer le test de compréhension à la lecture ou pour reconnaître la désinformation, surtout si elle implique de l'argent ou des pressions politiques.Un rapport récentdu MIT a révélé que sur Facebook, les patients atteints de cancer sont inondées de publicités pour de faux traitements contre le cancer qui, contrairement aux pilules abortives, ne sont pas approuvés par l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) et donc, encore une fois contrairement aux pilules abortives, vont à l'encontre des règles de Facebook relatives à la désinformation.

Les posts qui fournissent des informations sur les pilules abortives ou qui proposent aux femmes de leur fournir ces pilules sont rapidement supprimés. Cette procédure semble survenir quelques jours après une décision de la Cour suprême des États-Unis qui annule le droit à l'avortement au niveau fédéral. Une décision qui retire aux femmes leur droit de décision en ce qui concerne "leur propre ventre", dans environ la moitié des États américains. Cela a conduit à une série de manifestations et de déclarations de soutien sur les médias sociaux, y compris des messages à propos des pilules abortives. Pour le moment, ces pilules sont disponibles légalement sur tout le territoire américain. Vous pouvez les faire envoyer par la poste après une consultation (en ligne) auprès d'une entreprise certifiée, et certaines utilisatrices proposent également de les acheter pour d'autres. Cependant, les plateformes de Meta agissent très rapidement pour supprimer tous les posts à ce sujet. Même s'ils se contentent de donner des informations sur l'existence de ces pilules.Des rapports d'Associated Press (AP) et du magazine Vice montrent que des posts tels que "Si vous avez besoin de pilules abortives, mais que vous voulez qu'elles soient envoyées à mon adresse, vous pouvez m'envoyer un message privé" sont supprimés en quelques minutes. Selon Meta, ces messages vont à l'encontre des règles sur l'envoi "d'armes à feu, d'animaux et de biens réglementés". Détail frappant : dans les tests effectués par Vice et AP, dans lesquels ils ont proposé avec une formulation similaire d'envoyer aux gens une arme à feu ou de la marijuana, le besoin de supprimer le message s'est avéré moins pressant. Il semble donc que Meta donne actuellement la priorité aux publications visant à aider les femmes à maintenir une certaine autodétermination physique.Les posts expliquant l'existence des pilules et la procédure pour les obtenir légalement sont également supprimés en quelques minutes. Andy Stone, porte-parole de Meta, indique dans un tweet que la société n'autorise pas les individus à donner ou à vendre des médicaments, mais que les messages contenant des informations sur les pilules devraient être autorisés, et que des mesures trop strictes ont été prises dans certains cas. Il semble que Meta fasse difficilement la distinction entre "Je veux vous envoyer ces pilules par la poste" et "vous pouvez commander ces pilules par e-mail". Pour les utilisateurs des plateformes sociales, il faudra donc être devin pour savoir si leur message visant à aider les gens restera longtemps en ligne ou non. La capacité de Meta à appliquer ses propres règles en matière de modération de contenu fait l'objet de critiques et ce n'est pas nouveau. Par moments, la société s'avère particulièrement mauvaise pour passer le test de compréhension à la lecture ou pour reconnaître la désinformation, surtout si elle implique de l'argent ou des pressions politiques.Un rapport récentdu MIT a révélé que sur Facebook, les patients atteints de cancer sont inondées de publicités pour de faux traitements contre le cancer qui, contrairement aux pilules abortives, ne sont pas approuvés par l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) et donc, encore une fois contrairement aux pilules abortives, vont à l'encontre des règles de Facebook relatives à la désinformation.