Facebook collecte à présent déjà pas mal d'information sur vous: vos données démographiques - comme votre formation scolaire, l'adresse de votre habitation et celle de votre lieu de travail telles que vous les indiquez vous-même - et votre comportement sur le site social: ce que vous aimez, avec qui vous êtes ami et sur quelles publicités vous cliquez.

A l'avenir, le réseau social veut toutefois contrôler de manière plus précise encore votre utilisation de Facebook: quelle partie du site web vous visitez, où se trouve votre curseur à tout moment, quand vous consultez vos nouvelles sur votre appareil mobile,... Voilà ce qu'a déclaré Ken Rudin, responsable de l'analytique chez Facebook, dans une interview accordée au Wall Street Journal.

Facebook est actuellement en train d'effectuer des tests d'un nouveau type de technologie capable de stocker et d'analyser ce genre de données et ce, dans le but de pouvoir présenter aux utilisateurs des publicités encore plus ciblées.

"Il s'agit là d'un processus qui ne se termine jamais", ajoute Rudin, qui ne sait cependant pas encore très bien si cette méthode sera véritablement déployée: "Le risque, c'est que vous vous retrouviez avec un dépotoir de données plutôt qu'avec un entrepôt de données."

Facebook collecte à présent déjà pas mal d'information sur vous: vos données démographiques - comme votre formation scolaire, l'adresse de votre habitation et celle de votre lieu de travail telles que vous les indiquez vous-même - et votre comportement sur le site social: ce que vous aimez, avec qui vous êtes ami et sur quelles publicités vous cliquez. A l'avenir, le réseau social veut toutefois contrôler de manière plus précise encore votre utilisation de Facebook: quelle partie du site web vous visitez, où se trouve votre curseur à tout moment, quand vous consultez vos nouvelles sur votre appareil mobile,... Voilà ce qu'a déclaré Ken Rudin, responsable de l'analytique chez Facebook, dans une interview accordée au Wall Street Journal. Facebook est actuellement en train d'effectuer des tests d'un nouveau type de technologie capable de stocker et d'analyser ce genre de données et ce, dans le but de pouvoir présenter aux utilisateurs des publicités encore plus ciblées. "Il s'agit là d'un processus qui ne se termine jamais", ajoute Rudin, qui ne sait cependant pas encore très bien si cette méthode sera véritablement déployée: "Le risque, c'est que vous vous retrouviez avec un dépotoir de données plutôt qu'avec un entrepôt de données."