Facebook s'était précédemment vu infliger par le contrôleur britannique du respect de la vie privée ICO l'amende maximale possible, à savoir 500.000 livres, pour avoir transféré des informations personnelles. Selon l'ICO, Facebook a violé la loi en ne protégeant pas suffisamment les données personnelles de ses utilisateurs. Entre 2007 et 2014, des développeurs d'applis ont eu accès à ces données personnelles d'utilisateurs de Facebook, sans que ces derniers aient donné leur autorisation pour ce faire.

Au terme d'une enquête approfondie du contrôleur ICO, il n'a pu établir avec certitude que les données d'utilisateurs britanniques avaient aussi été partagées. Voilà qui coupe les ailes à l'argumentation de l'ICO, selon l'entreprise technologique.