En août, Facebook a licencié plusieurs de ses rédacteurs et a eu recours à un algorithme pour décider quels articles devaient devenir 'trendy'. Quelques jours plus tard, un message factice faisant état du licenciement de la présentatrice TV Megyn Kelly fut quand même relevé. L'algorithme fut ensuite adapté, mais ne fonctionne donc encore et toujours pas comme il devrait.

Outre les cinq articles qui, selon le journal, étaient incontestablement bidon, deux autres messages ont été découverts, qui étaient "assez inexacts". Le média social s'est également référé plusieurs fois à des magasins web.

Hier, Facebook n'a pas souhaité réagir aux allégations du Washington Post.

(ANP/WK)

En août, Facebook a licencié plusieurs de ses rédacteurs et a eu recours à un algorithme pour décider quels articles devaient devenir 'trendy'. Quelques jours plus tard, un message factice faisant état du licenciement de la présentatrice TV Megyn Kelly fut quand même relevé. L'algorithme fut ensuite adapté, mais ne fonctionne donc encore et toujours pas comme il devrait.Outre les cinq articles qui, selon le journal, étaient incontestablement bidon, deux autres messages ont été découverts, qui étaient "assez inexacts". Le média social s'est également référé plusieurs fois à des magasins web.Hier, Facebook n'a pas souhaité réagir aux allégations du Washington Post.(ANP/WK)