Le géant des réseaux sociaux a encore vu sa base d'utilisateurs progresser pendant la saison des fêtes. Au 31 décembre, 3,3 milliards de personnes fréquentaient, au moins une fois par mois, l'une de ses quatre plateformes et messageries (Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp), d'après un communiqué publié mercredi.

Mais la plateforme prévoit des "vents contraires" cette année à cause de potentielles évolutions dans la régulation des données, notamment en Europe, et du renforcement de la transparence dans la collecte des informations personnelles sur les appareils de la marque Apple. Son titre faisait des va-et-vient entre le rouge et le vert lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

Le groupe californien sort néanmoins parmi les grands vainqueurs d'une année marquée par la récession pour de nombreuses industries. Facebook estime avoir bénéficié de la transition vers le commerce en ligne, et de sa moindre dépendance aux annonceurs très affectés par la crise sanitaire, comme les voyagistes - contrairement à Google, le leader de la publicité en ligne. Facebook vient de traverser une année mouvementée, semée d'embûches. Au printemps, au début de la pandémie, de nombreux annonceurs ont retiré leurs campagnes pour revoir leur message ou faire des économies. A l'été, des centaines de marques ont boycotté le réseau pour exiger une meilleure modération des contenus dits "haineux", dans la foulée des manifestations contre le racisme systémique aux Etats-Unis.

A l'automne, l'élection présidentielle américaine a cristallisé les tensions entre la plateforme et les élus, qui lui reprochent sa toute puissance en matière de liberté d'expression. Autant de remous qui ne se sont pas traduits par des pertes financières. Le groupe a réalisé près de 86 milliards de dollars de chiffre d'affaires sur l'année, et dégagé plus de 29 milliards de profits, en hausse de 58%. D'après eMarketer, la famille de plateformes devrait atteindre les 96,6 milliards de revenus publicitaires nets en 2021, soit 24,4% du marché mondial.

Le géant des réseaux sociaux a encore vu sa base d'utilisateurs progresser pendant la saison des fêtes. Au 31 décembre, 3,3 milliards de personnes fréquentaient, au moins une fois par mois, l'une de ses quatre plateformes et messageries (Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp), d'après un communiqué publié mercredi. Mais la plateforme prévoit des "vents contraires" cette année à cause de potentielles évolutions dans la régulation des données, notamment en Europe, et du renforcement de la transparence dans la collecte des informations personnelles sur les appareils de la marque Apple. Son titre faisait des va-et-vient entre le rouge et le vert lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse. Le groupe californien sort néanmoins parmi les grands vainqueurs d'une année marquée par la récession pour de nombreuses industries. Facebook estime avoir bénéficié de la transition vers le commerce en ligne, et de sa moindre dépendance aux annonceurs très affectés par la crise sanitaire, comme les voyagistes - contrairement à Google, le leader de la publicité en ligne. Facebook vient de traverser une année mouvementée, semée d'embûches. Au printemps, au début de la pandémie, de nombreux annonceurs ont retiré leurs campagnes pour revoir leur message ou faire des économies. A l'été, des centaines de marques ont boycotté le réseau pour exiger une meilleure modération des contenus dits "haineux", dans la foulée des manifestations contre le racisme systémique aux Etats-Unis. A l'automne, l'élection présidentielle américaine a cristallisé les tensions entre la plateforme et les élus, qui lui reprochent sa toute puissance en matière de liberté d'expression. Autant de remous qui ne se sont pas traduits par des pertes financières. Le groupe a réalisé près de 86 milliards de dollars de chiffre d'affaires sur l'année, et dégagé plus de 29 milliards de profits, en hausse de 58%. D'après eMarketer, la famille de plateformes devrait atteindre les 96,6 milliards de revenus publicitaires nets en 2021, soit 24,4% du marché mondial.