Des chercheurs de l'université américaine Princeton ont comparé Facebook à une maladie contagieuse. Ce genre d'infection se propage vite, à l'image de Facebook: en 10 ans (le site a été créé en 2004, même s'il n'a connu sa plus forte croissance qu'à partir de 2009), Mark Zuckerberg et consorts ont attiré 1,2 milliard d'utilisateurs.

Mais les germes de la maladie finissent par disparaître. Les chercheurs estiment qu'il en ira de même avec Facebook: ils prévoient en effet que le réseau social perdra pas moins de 80 pour cent de ses utilisateurs entre 2015 et 2017.

Pour se remettre d'une maladie, il faut entrer en contact avec des gens qui ne sont pas infectés. Dans le cas de Facebook, il s'agit de personnes qui n'utilisent pas le site. Les utilisateurs de Facebook s'y intéresseront finalement moins, lorsqu'ils se rendront compte que toujours moins de leurs amis y auront recours, selon les chercheurs américains.

Des chercheurs de l'université américaine Princeton ont comparé Facebook à une maladie contagieuse. Ce genre d'infection se propage vite, à l'image de Facebook: en 10 ans (le site a été créé en 2004, même s'il n'a connu sa plus forte croissance qu'à partir de 2009), Mark Zuckerberg et consorts ont attiré 1,2 milliard d'utilisateurs. Mais les germes de la maladie finissent par disparaître. Les chercheurs estiment qu'il en ira de même avec Facebook: ils prévoient en effet que le réseau social perdra pas moins de 80 pour cent de ses utilisateurs entre 2015 et 2017. Pour se remettre d'une maladie, il faut entrer en contact avec des gens qui ne sont pas infectés. Dans le cas de Facebook, il s'agit de personnes qui n'utilisent pas le site. Les utilisateurs de Facebook s'y intéresseront finalement moins, lorsqu'ils se rendront compte que toujours moins de leurs amis y auront recours, selon les chercheurs américains.