Facebook s'était vu infliger l'amende en novembre de l'année dernière. Il s'agit de l'amende maximale que le contrôleur du respect de la vie privée peut infliger. Selon l'ICO, Facebook avait enfreint la loi en ne protégeant pas suffisamment les informations personnelles des utilisateurs.

Entre 2007 et 2014, des développeurs d'applis avaient eu accès aux données personnelles d'utilisateurs de Facebook, sans que ceux-ci n'aient donné leur autorisation pour ce faire. Il ne s'agissait pas uniquement de personnes qui avaient téléchargé une application Facebook, mais aussi d'utilisateurs qui étaient amis avec ces personnes.

Suite à l'accord intervenu, Facebook peut à présent aussi utiliser les documents mis à disposition par l'ICO, afin d'effectuer son enquête interne à propos de Cambridge Analytica. Cette enquête se trouvait partiellement à l'arrêt et pourra désormais se poursuivre.