La vidéo de 17 secondes, insérée le 5 décembre de l'année dernière, montre une petite fille qui rencontre Saint-Nicolas accompagné de deux Pères Fouettards. Facebook avait supprimé la vidéo un jour plus tard en la qualifiant de 'hate speech'. Facebook estime en effet que les vidéos et photos de Père Fouettard ne peuvent être postées que pour condamner cette pratique ou pour informer les gens, ce qu'approuve la commission de recours. Les contrôleurs internes qualifient cependant Père Fouettard 'de tradition culturelle partagée par de nombreux Néerlandais n'y voyant aucun motif raciste'.

L'Oversight Board n'a pas pris sa décision à l'unanimité. Une minorité estimait offensant que des blancs se griment en noir ('blackface'), mais que ce n'était pas automatiquement dommageable et que des choses 'déplaisantes' devaient aussi pouvoir être insérées sur Facebook.

Facebook a créé l'Oversight Board l'année dernière. Ses membres constituent une sorte de tribunal jugeant si Facebook a correctement appliqué ses règles. La commission compte vingt membres, parmi lesquels l'ancien premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt et la lauréate du Prix Nobel Tawakkol Karman. On ne connaît pas l'avis de chacun des membres dans cette affaire consacrée à Père Fouettard.

La vidéo de 17 secondes, insérée le 5 décembre de l'année dernière, montre une petite fille qui rencontre Saint-Nicolas accompagné de deux Pères Fouettards. Facebook avait supprimé la vidéo un jour plus tard en la qualifiant de 'hate speech'. Facebook estime en effet que les vidéos et photos de Père Fouettard ne peuvent être postées que pour condamner cette pratique ou pour informer les gens, ce qu'approuve la commission de recours. Les contrôleurs internes qualifient cependant Père Fouettard 'de tradition culturelle partagée par de nombreux Néerlandais n'y voyant aucun motif raciste'.L'Oversight Board n'a pas pris sa décision à l'unanimité. Une minorité estimait offensant que des blancs se griment en noir ('blackface'), mais que ce n'était pas automatiquement dommageable et que des choses 'déplaisantes' devaient aussi pouvoir être insérées sur Facebook.Facebook a créé l'Oversight Board l'année dernière. Ses membres constituent une sorte de tribunal jugeant si Facebook a correctement appliqué ses règles. La commission compte vingt membres, parmi lesquels l'ancien premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt et la lauréate du Prix Nobel Tawakkol Karman. On ne connaît pas l'avis de chacun des membres dans cette affaire consacrée à Père Fouettard.