Des enquêteurs en Belgique, aux Pays-Bas, en Australie et aux Etats-Unis notamment ont collaboré en vue d'appréhender de jeunes pirates (hackers). Voilà ce qu'a annoncé Europol.

Dans le cas d'une attaque DDoS, un très grand nombre de demandes sont envoyées vers un même site web et ce, jusqu'à ce qu'il soit paralysé. Une unité spéciale d'Europol (EC3) a recherché les gens qui payaient pour exécuter ce type d'attaques. Le plus important groupe était composé de jeunes âgés de vingt ans maximum. Les services de la police judiciaire ont procédé à 34 arrestations et interrogé 101 suspects.

En fonction du pays, des sanctions ont été prononcées, des arrestations effectuées ou des amendes infligées. "Nombre de férus d'IT se laissent tenter dès leur plus jeune âge par la cybercriminalité d'apparence simple, sans être conscients des conséquences que ce genre de délit peut générer." L'action d'Europol constitue d'abord une campagne de prévention, destinée à empêcher que les jeunes prennent de mauvais plis.

Des enquêteurs en Belgique, aux Pays-Bas, en Australie et aux Etats-Unis notamment ont collaboré en vue d'appréhender de jeunes pirates (hackers). Voilà ce qu'a annoncé Europol.Dans le cas d'une attaque DDoS, un très grand nombre de demandes sont envoyées vers un même site web et ce, jusqu'à ce qu'il soit paralysé. Une unité spéciale d'Europol (EC3) a recherché les gens qui payaient pour exécuter ce type d'attaques. Le plus important groupe était composé de jeunes âgés de vingt ans maximum. Les services de la police judiciaire ont procédé à 34 arrestations et interrogé 101 suspects. En fonction du pays, des sanctions ont été prononcées, des arrestations effectuées ou des amendes infligées. "Nombre de férus d'IT se laissent tenter dès leur plus jeune âge par la cybercriminalité d'apparence simple, sans être conscients des conséquences que ce genre de délit peut générer." L'action d'Europol constitue d'abord une campagne de prévention, destinée à empêcher que les jeunes prennent de mauvais plis.