L'asservissement au smartphone est un problème croissant, mais de l'étude de Pew, il ressort que les jeunes prennent souvent eux-mêmes des mesures pour endiguer quelque peu l'utilisation de leur appareil mobile. 52 pour cent d'entre eux affirment qu'ils consacrent sciemment moins de temps à leur smartphone, alors que 57 pour cent tentent de réduire leur utilisation des médias sociaux et que 58 pour cent essaient de moins jouer.

D'une étude réalisée par Pew plus tôt cette année, il apparaissait déjà que 95 pour cent des jeunes (américains) âgés entre 13 et 17 ans avaient accès à un smartphone et que 45 pour cent étaient quasiment en permanence en ligne. A présent, il semble que les ados prennent aussi pleinement conscience que leur façon de faire pose problème. 72 pour cent vérifient par exemple leur smartphone dès leur réveil pour savoir s'ils ont reçu des messages. Parmi les jeunes ayant participé à l'enquête, 54 pour cent reconnaissent passer trop de temps sur leur appareil mobile, et 41 pour cent avouent consacrer trop de temps aux médias sociaux.

Plusieurs études ont entre-temps démontré que la navigation continuelle en ligne n'est pas faite pour favoriser la confiance en soi et que des médias sociaux tels Snapchat ou Instagram généreraient même une sorte d'envie de filtrage, par laquelle des gens veulent modifier leur visage au moyen de la chirurgie plastique, afin de mieux correspondre à leur selfie (rationnalisé et pourvu de toutes sortes de filtres). Le fait que les ados tentent d'y renoncer partiellement, est donc à coup sûr une bonne initiative et ce, même si cela s'avère particulièrement ardu. Plus de la moitié des jeunes interrogés indique en effet se sentir nerveux, seuls et malheureux, lorsqu'ils n'ont pas accès à leur smartphone, un problème qui se manifeste par ailleurs plus souvent chez les filles que chez les garçons.

A présent, il semble que les parents soient eux aussi accrocs au smartphone. Même si 72 pour cent des parents interrogés déclarent que leur ado est de temps à autre distrait par son smartphone lors de conversations bien 'réelles' entre eux, 51 pour cent des jeunes tiennent le même raisonnement à propos de leurs parents. Parmi ces parents, 36 pour cent admettent passer trop de temps sur leur smartphone. En outre, 15 pour cent d'entre eux avouent être souvent déconcentrés au travail, parce qu'ils sont distraits par leur appareil mobile. C'est quasiment deux fois plus que le nombre d'ados (8 pour cent) qui disent être déconcentrés à l'école pour la même raison.

Pew a réalisé son étude parmi 743 ados et 1.058 parents américains en mars et avril de cette année.