La Vision EQXX a effectué un trajet de 1.008 kilomètres séparant le centre de recherche de Mercedes situé à Sindelfingen (dans le sud de l'Allemagne) et la ville de Cassis sur la Côte d'Azur. Au terme du voyage de quasiment douze heures, la voiture disposait encore d'une portée de quelque 140 kilomètres.

Le prototype était équipé d'une batterie de quelque 100 kilowattheure (kWh) et ne consomma en moyenne que 8,7 kWh aux 100 kilomètres. C'est moins de la moitié des modèles comparables actuels. Le test démontre qu'une puissance 'proche de 10 kWh est absolument réaliste dans un proche avenir, même pour une voiture de production', ajoute Schäfer.

Peu de perte d'énergie

Différents facteurs ont contribué au succès du prototype électrique: un profil aérodynamique, une meilleure récupération de l'énergie de freinage, une batterie plus légère, des panneaux solaires sur le toit pour fournir le courant aux systèmes embarqués, des matériaux allégés et un système de transmission caractérisé par une très faible perte d'énergie. Selon Schäfer, la même voiture équipée du moteur à combustion le plus efficient aurait consommé 'certainement trois à quatre litres' de carburant aux cent kilomètres.

Mercedes-Benz entend appliquer la nouvelle technologie à grande échelle d'ici 2024. La Classe EQS S électrique, l'actuel top-modèle de luxe du groupe proposé à plus de 100.000 euros, consomme entre 16 et 17 kWh aux 100 kilomètres. Du moins sur papier, car dans des conditions réelles, c'est souvent plus. Le rayon d'action est de 780 km, selon la norme WLTP.

Le prototype de la Mercedes-Benz Vision EQXX., Mercedes-Benz
Le prototype de la Mercedes-Benz Vision EQXX. © Mercedes-Benz

La Vision EQXX a effectué un trajet de 1.008 kilomètres séparant le centre de recherche de Mercedes situé à Sindelfingen (dans le sud de l'Allemagne) et la ville de Cassis sur la Côte d'Azur. Au terme du voyage de quasiment douze heures, la voiture disposait encore d'une portée de quelque 140 kilomètres.Le prototype était équipé d'une batterie de quelque 100 kilowattheure (kWh) et ne consomma en moyenne que 8,7 kWh aux 100 kilomètres. C'est moins de la moitié des modèles comparables actuels. Le test démontre qu'une puissance 'proche de 10 kWh est absolument réaliste dans un proche avenir, même pour une voiture de production', ajoute Schäfer.Différents facteurs ont contribué au succès du prototype électrique: un profil aérodynamique, une meilleure récupération de l'énergie de freinage, une batterie plus légère, des panneaux solaires sur le toit pour fournir le courant aux systèmes embarqués, des matériaux allégés et un système de transmission caractérisé par une très faible perte d'énergie. Selon Schäfer, la même voiture équipée du moteur à combustion le plus efficient aurait consommé 'certainement trois à quatre litres' de carburant aux cent kilomètres.Mercedes-Benz entend appliquer la nouvelle technologie à grande échelle d'ici 2024. La Classe EQS S électrique, l'actuel top-modèle de luxe du groupe proposé à plus de 100.000 euros, consomme entre 16 et 17 kWh aux 100 kilomètres. Du moins sur papier, car dans des conditions réelles, c'est souvent plus. Le rayon d'action est de 780 km, selon la norme WLTP.