Le directeur de Getty Images, Craig Peters, a communiqué l'interdiction au site technologique The Verge. Getty Images est une vaste banque de photos de presse, d'images d'archives et d'oeuvres artistiques numériques utilisées dans le monde par des organisations médiatiques. L'entreprise interdit à présent le téléchargement d'images générées par l'intelligence artificielle. Il s'agit en l'occurrence d'images réalisées par des AI comme Dall-E et Stable Diffusion.

Le problème avec ces images, selon Peters, c'est qu'on ne sait pas clairement sur quoi elles sont basées et qui en possède le droit d'auteur. Pour protéger les clients contre d'éventuels procès, ces images seront tout simplement interdites. Il y aura une procédure d'examen des images en question, et les utilisateurs pourront aussi faire rapport d'images, dont ils soupçonnent qu'elles ont été générées par ordinateur.

Dall-E

Les images créées par AI sont occupées à s'imposer, maintenant qu'il existe plusieurs algorithmes qui font de l'assez bon travail dans ce domaine. Des AI comme Dall-E et Stable Fusion permettent aux utilisateurs de générer des images au moyen de commandes textuelles. Ils peuvent ainsi réaliser des choses passionnantes, comme on a pu le constater lors des récents Data News Awards.

Les images générées par l'AI prêtent cependant aussi à controverse. L'algorithme a en effet été exercé sur des banques de photos et d'oeuvres artistiques existantes. Ce faisant, on ne sait pas toujours clairement si des images protégées par un droit d'auteur n'ont pas abouti dans ce genre de banque. La loi (américaine) est en outre encore loin d'être claire quant à savoir si lors de la création d'images de ce genre, c'est l'algorithme ou l'utilisateur à l'initiative des commandes textuelles se verrait allouer le droit d'auteur. C'est précisément pour cette question de droits que Getty Images tente à présent de prendre les devants avec son interdiction d'images, du fait notamment que le droit d'auteur est versé à leurs dépositaires. Shutterstock, le principal concurrent de Getty Images, autorise pour sa part actuellement encore les images AI.

Est-ce de l'art?

De plus, il y a aussi toute la problématique de ce que signifie la création de ce type d'image, qui touche le monde de l'art au sens le plus large. Début septembre, un certain Jason Allen remporta un concours artistique dans l'état américain du Colorado avec une oeuvre qu'il avait générée au moyen de l'AI. Cela provoqua un afflux de réactions, en ce compris des critiques sur la 'mort de l'artiste', mais aussi d'artistes humains craignant pour leur avenir.

Tout cela signifie qu'il n'y a pas que les sites commerciaux tels Getty, mais aussi diverses communautés d'artistes en ligne qui militent pour une interdiction des images générées par l'intelligence artificielle. Le site Newgrounds a par exemple introduit ce genre d'interdiction la semaine passée, parce que 'nous voulons continuer de nous focaliser sur l'art créé par l'homme et que nous ne voulons pas que l'Art Portal soit submergé par des oeuvres générées par l'ordinateur'.

Le directeur de Getty Images, Craig Peters, a communiqué l'interdiction au site technologique The Verge. Getty Images est une vaste banque de photos de presse, d'images d'archives et d'oeuvres artistiques numériques utilisées dans le monde par des organisations médiatiques. L'entreprise interdit à présent le téléchargement d'images générées par l'intelligence artificielle. Il s'agit en l'occurrence d'images réalisées par des AI comme Dall-E et Stable Diffusion.Le problème avec ces images, selon Peters, c'est qu'on ne sait pas clairement sur quoi elles sont basées et qui en possède le droit d'auteur. Pour protéger les clients contre d'éventuels procès, ces images seront tout simplement interdites. Il y aura une procédure d'examen des images en question, et les utilisateurs pourront aussi faire rapport d'images, dont ils soupçonnent qu'elles ont été générées par ordinateur.Les images créées par AI sont occupées à s'imposer, maintenant qu'il existe plusieurs algorithmes qui font de l'assez bon travail dans ce domaine. Des AI comme Dall-E et Stable Fusion permettent aux utilisateurs de générer des images au moyen de commandes textuelles. Ils peuvent ainsi réaliser des choses passionnantes, comme on a pu le constater lors des récents Data News Awards.Les images générées par l'AI prêtent cependant aussi à controverse. L'algorithme a en effet été exercé sur des banques de photos et d'oeuvres artistiques existantes. Ce faisant, on ne sait pas toujours clairement si des images protégées par un droit d'auteur n'ont pas abouti dans ce genre de banque. La loi (américaine) est en outre encore loin d'être claire quant à savoir si lors de la création d'images de ce genre, c'est l'algorithme ou l'utilisateur à l'initiative des commandes textuelles se verrait allouer le droit d'auteur. C'est précisément pour cette question de droits que Getty Images tente à présent de prendre les devants avec son interdiction d'images, du fait notamment que le droit d'auteur est versé à leurs dépositaires. Shutterstock, le principal concurrent de Getty Images, autorise pour sa part actuellement encore les images AI.De plus, il y a aussi toute la problématique de ce que signifie la création de ce type d'image, qui touche le monde de l'art au sens le plus large. Début septembre, un certain Jason Allen remporta un concours artistique dans l'état américain du Colorado avec une oeuvre qu'il avait générée au moyen de l'AI. Cela provoqua un afflux de réactions, en ce compris des critiques sur la 'mort de l'artiste', mais aussi d'artistes humains craignant pour leur avenir.Tout cela signifie qu'il n'y a pas que les sites commerciaux tels Getty, mais aussi diverses communautés d'artistes en ligne qui militent pour une interdiction des images générées par l'intelligence artificielle. Le site Newgrounds a par exemple introduit ce genre d'interdiction la semaine passée, parce que 'nous voulons continuer de nous focaliser sur l'art créé par l'homme et que nous ne voulons pas que l'Art Portal soit submergé par des oeuvres générées par l'ordinateur'.