Vonage existe depuis 2001 et a son siège principal dans l'état américain du New Jersey. L'entreprise est dirigée par Rory Read et a enregistré l'année dernière un chiffre d'affaires d'1,4 milliard de dollars avec une marge ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements) de 14 pour cent. L'entreprise possède 120.000 clients et plus d'un million de développeurs enregistrés.

Ce rachat est l'un des plus importants de l'histoire d'Ericsson et a reçu le soutien de l'ensemble du conseil d'administration de Vonage, mais est néanmoins soumis à l'approbation des actionnaires de Vonage et des régulateurs concernés. Ericsson s'attend à clôturer le rachat durant le premier semestre de l'année prochaine.

Vonage dispose entre autres de la Vonage Communications Platform, qui représente quatre-vingts pour cent du chiffre d'affaires de l'entreprise. Du coup, elle fournit aussi des services d'Unified Communications (UCaaS) et de Contactcenter (CCaas) sur cette plate-forme.

Börje Ekholm, CEO d'Ericsson, envisage dans ce rachat les fondements de la mise en oeuvre d'une activité professionnelle. 'Vonage nous fournit une plate-forme en vue d'aider nos clients à tirer profit de leurs investissements dans le réseau, ce qui représente des avantages pour les développeurs et les entreprises.'

Vonage existe depuis 2001 et a son siège principal dans l'état américain du New Jersey. L'entreprise est dirigée par Rory Read et a enregistré l'année dernière un chiffre d'affaires d'1,4 milliard de dollars avec une marge ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements) de 14 pour cent. L'entreprise possède 120.000 clients et plus d'un million de développeurs enregistrés.Ce rachat est l'un des plus importants de l'histoire d'Ericsson et a reçu le soutien de l'ensemble du conseil d'administration de Vonage, mais est néanmoins soumis à l'approbation des actionnaires de Vonage et des régulateurs concernés. Ericsson s'attend à clôturer le rachat durant le premier semestre de l'année prochaine.Vonage dispose entre autres de la Vonage Communications Platform, qui représente quatre-vingts pour cent du chiffre d'affaires de l'entreprise. Du coup, elle fournit aussi des services d'Unified Communications (UCaaS) et de Contactcenter (CCaas) sur cette plate-forme.Börje Ekholm, CEO d'Ericsson, envisage dans ce rachat les fondements de la mise en oeuvre d'une activité professionnelle. 'Vonage nous fournit une plate-forme en vue d'aider nos clients à tirer profit de leurs investissements dans le réseau, ce qui représente des avantages pour les développeurs et les entreprises.'