L'enquête ciblant la période comprise entre 2011 et 2019 a fourni des indications d'une possible corruption. Il s'agit en l'occurrence de transferts financiers à des destinataires inconnus et de paiements à des fournisseurs sans descriptif des services prestés. Des versements auraient également été effectués à des intermédiaires, et des itinéraires de transport alternatifs auraient été utilisés en vue d'éviter les douanes en Irak.

Etat Islamique

Quelques itinéraires auraient à l'époque été contrôlés par des organisations terroristes telles l'Etat Islamique (IS), selon Ericsson. Les chercheurs n'ont jusqu'à présent pas pu déterminer qui a en fin de compte reçu les versements. Ils ont aussi découvert des transactions et des paiements liés à un possible risque de blanchiment d'argent.

Suite à l'enquête, plusieurs collaborateurs ont été licenciés, et des procédures disciplinaires ont été initiées. Les relations commerciales avec des partenaires de l'époque ont aussi été interrompues. Il n'y a à ce jour aucune indication réelle d'un financement direct de réseaux terroristes par des employés d'Ericsson, apprend-on encore.

L'enquête ciblant la période comprise entre 2011 et 2019 a fourni des indications d'une possible corruption. Il s'agit en l'occurrence de transferts financiers à des destinataires inconnus et de paiements à des fournisseurs sans descriptif des services prestés. Des versements auraient également été effectués à des intermédiaires, et des itinéraires de transport alternatifs auraient été utilisés en vue d'éviter les douanes en Irak.Quelques itinéraires auraient à l'époque été contrôlés par des organisations terroristes telles l'Etat Islamique (IS), selon Ericsson. Les chercheurs n'ont jusqu'à présent pas pu déterminer qui a en fin de compte reçu les versements. Ils ont aussi découvert des transactions et des paiements liés à un possible risque de blanchiment d'argent.Suite à l'enquête, plusieurs collaborateurs ont été licenciés, et des procédures disciplinaires ont été initiées. Les relations commerciales avec des partenaires de l'époque ont aussi été interrompues. Il n'y a à ce jour aucune indication réelle d'un financement direct de réseaux terroristes par des employés d'Ericsson, apprend-on encore.