Selon l'organisation, un "mobility mismatch" continuera d'exister entre l'employeur et l'employé. Les entreprises accueilleront certes toujours plus le principe BYOD, mais cette tendance croîtra plus rapidement que leur rythme d'adaptation. La 'consumérisation' de l'IT ne sera plus l'apanage uniquement de l'employé, mais aussi des senior managers, ce qui ne fera qu'augmenter l'impact de cette tendance.

Certaines entreprises iront au-delà de BYOD (Bring Your Own Device) et feront une distinction entre l'utilisation BYOD informelle (non gérée et non connue) et une approche davantage maîtrisée avec l'arrivée de structures plus formalisées pour appareils externes.

Outre BYOD, l'on accordera également plus d'attention à l'enterprise mobility management (EMM), selon Ovum, qui estime que 'vouloir travailler où et avec n'importe quel appareil' est la meilleure manière pour une entreprise de progresser.

Enfin, le cabinet d'analystes s'attend aussi à ce qu'en 2015, les entreprises travaillent de manière plus mobile. Il conseille dès lors aux vendeurs de les considérer comme un 'long tail segment'.

Selon l'organisation, un "mobility mismatch" continuera d'exister entre l'employeur et l'employé. Les entreprises accueilleront certes toujours plus le principe BYOD, mais cette tendance croîtra plus rapidement que leur rythme d'adaptation. La 'consumérisation' de l'IT ne sera plus l'apanage uniquement de l'employé, mais aussi des senior managers, ce qui ne fera qu'augmenter l'impact de cette tendance.Certaines entreprises iront au-delà de BYOD (Bring Your Own Device) et feront une distinction entre l'utilisation BYOD informelle (non gérée et non connue) et une approche davantage maîtrisée avec l'arrivée de structures plus formalisées pour appareils externes.Outre BYOD, l'on accordera également plus d'attention à l'enterprise mobility management (EMM), selon Ovum, qui estime que 'vouloir travailler où et avec n'importe quel appareil' est la meilleure manière pour une entreprise de progresser.Enfin, le cabinet d'analystes s'attend aussi à ce qu'en 2015, les entreprises travaillent de manière plus mobile. Il conseille dès lors aux vendeurs de les considérer comme un 'long tail segment'.