'De nombreux pays s'intéressent aux systèmes hyperloop, et beaucoup de firmes y travaillent', déclare Geuze. Et d'affirmer que ce type de transport a enregistré pas mal de progrès depuis que le directeur de Tesla, Elon Musk, a en 2013 émis l'idée d'un train à sustentation magnétique se déplaçant dans un tube sous vide pour atteindre des vitesses élevées, tout en consommant relativement peu d'énergie.

Norme mondiale

Ces dernières années, Hardt a également franchi pas mal d'étapes importantes. C'est ainsi que l'entreprise a collaboré intensivement à l'élaboration d'une norme mondiale pour les hyperloops. En juin, elle emménagera dans un nouveau siège à Rotterdam. Avec la venue du nouveau directeur Bertrand van Ee, qui était précédemment en charge du bureau d'ingénieurs Royal HaskoningDHV, l'entreprise se prépare activement à l'installation d'une connexion hyperloop commerciale.

Si vous voulez construire une digue, vous faites appel aux Néerlandais. Ce serait bien qu'il en soit ainsi aussi pour les hyperloops.

'Reste à attendre qu'un premier pays se décide à mettre en place un circuit', apprend-on encore. Pour ce qui est de Geuze, il pourrait s'agir d'une brève connexion vers un aéroport par exemple: 'Le premier pays à ce faire, acquerra de l'expérience, ainsi qu'une industrie spécialisée. Si vous voulez construire une digue, vous faites appel aux Néerlandais. Ce serait bien qu'il en soit ainsi aussi pour les hyperloops.'

Selon Geuze, l'hyperloop offre pas mal d'avantages par rapport aux trains à grande vitesse: 'Il s'avère plus économique à déployer, consomme moins de courant, occupe moins d'espace et est nettement plus flexible.' Les trains hyperloop peuvent en effet changer sans problème de direction en prenant un autre tunnel, à l'instar d'une voiture qui change de bande de circulation sur l'autoroute.

Une vue de l'intérieur de l'Hardt Hyperloop., Hardt
Une vue de l'intérieur de l'Hardt Hyperloop. © Hardt
'De nombreux pays s'intéressent aux systèmes hyperloop, et beaucoup de firmes y travaillent', déclare Geuze. Et d'affirmer que ce type de transport a enregistré pas mal de progrès depuis que le directeur de Tesla, Elon Musk, a en 2013 émis l'idée d'un train à sustentation magnétique se déplaçant dans un tube sous vide pour atteindre des vitesses élevées, tout en consommant relativement peu d'énergie.Ces dernières années, Hardt a également franchi pas mal d'étapes importantes. C'est ainsi que l'entreprise a collaboré intensivement à l'élaboration d'une norme mondiale pour les hyperloops. En juin, elle emménagera dans un nouveau siège à Rotterdam. Avec la venue du nouveau directeur Bertrand van Ee, qui était précédemment en charge du bureau d'ingénieurs Royal HaskoningDHV, l'entreprise se prépare activement à l'installation d'une connexion hyperloop commerciale.'Reste à attendre qu'un premier pays se décide à mettre en place un circuit', apprend-on encore. Pour ce qui est de Geuze, il pourrait s'agir d'une brève connexion vers un aéroport par exemple: 'Le premier pays à ce faire, acquerra de l'expérience, ainsi qu'une industrie spécialisée. Si vous voulez construire une digue, vous faites appel aux Néerlandais. Ce serait bien qu'il en soit ainsi aussi pour les hyperloops.'Selon Geuze, l'hyperloop offre pas mal d'avantages par rapport aux trains à grande vitesse: 'Il s'avère plus économique à déployer, consomme moins de courant, occupe moins d'espace et est nettement plus flexible.' Les trains hyperloop peuvent en effet changer sans problème de direction en prenant un autre tunnel, à l'instar d'une voiture qui change de bande de circulation sur l'autoroute.