Un drone hélicoptère a été utilisé pour la première fois près de Trois-Ponts, dans le sud de la province de Liège, afin d'effectuer des inspections longue distance de lignes à haute tension. Moins de risques, d'empreinte écologique et efficacité plus grande : les drones offrent de nombreux avantages, selon le gestionnaire du réseau haute tension.

"L'objectif est de remplacer d'ici 2023 une partie des inspections conventionnelles par des inspections à l'aide de drones. Les inspections conventionnelles se font soit depuis le sol, soit en escaladant les pylônes, soit en survolant les lignes avec un hélicoptère. Cela demande du temps, génère des émissions de CO2 et n'est pas sans risque", souligne le groupe, qui compte environ 19.000 kilomètres de lignes à haute tension en Belgique et en Allemagne. Le drone utilisé à Trois-Ponts est de type BVLOS (beyond visual line of sight ou en dehors du champ de vision). Ce dernier peut parcourir une distance de 75 km. En Belgique, Elia avait déjà recours à de petits drones pour l'inspection des pylônes.

Un drone hélicoptère a été utilisé pour la première fois près de Trois-Ponts, dans le sud de la province de Liège, afin d'effectuer des inspections longue distance de lignes à haute tension. Moins de risques, d'empreinte écologique et efficacité plus grande : les drones offrent de nombreux avantages, selon le gestionnaire du réseau haute tension. "L'objectif est de remplacer d'ici 2023 une partie des inspections conventionnelles par des inspections à l'aide de drones. Les inspections conventionnelles se font soit depuis le sol, soit en escaladant les pylônes, soit en survolant les lignes avec un hélicoptère. Cela demande du temps, génère des émissions de CO2 et n'est pas sans risque", souligne le groupe, qui compte environ 19.000 kilomètres de lignes à haute tension en Belgique et en Allemagne. Le drone utilisé à Trois-Ponts est de type BVLOS (beyond visual line of sight ou en dehors du champ de vision). Ce dernier peut parcourir une distance de 75 km. En Belgique, Elia avait déjà recours à de petits drones pour l'inspection des pylônes.