Le gestionnaire de fonds a sélectionné quarante entreprises représentatives de domaines importants tels l'intelligence artificielle, les jeux, la robotique, les données massives (big data),... Ces entreprises constituent la base de départ pour le premier fonds belge, qui cible complètement des entreprises technologiques cotées en bourse. Sur cette liste, on ne retrouve aucune entreprise belge, mais quelques européennes.

Il s'agit d'acteurs en vue (à raison de 40 pour cent), mais aussi de moyenne importance du sub-top (aussi 40 pour cent). Les 20 pour cent restants du portefeuille sont investis dans de petites entreprises prometteuses, comme par exemple Elastic et New Relic, deux entreprises qui repoussent les limites de l'informatique dans le nuage. "Le chiffre d'affaires et la marge bénéficiaire de ce type d'entreprise croissent nettement plus rapidement que ceux de grands noms dans le monde numérique", explique le gestionnaire de fonds Marc Langeveld.

Le fonds démarrera officiellement ce mois-ci. Le gestionnaire se fait fort d'administrer alors 25 millions d'euros. D'ici la fin de l'année prochaine, il prévoit 100 millions d'euros.