ICT Architect compte cinq collaborateurs et est dirigée ces dix dernières années par Gunther De Vleeschouwer. Ce dernier rester encore actif un an ou deux au sein d'EASI, afin de soutenir l'intégration de l'entreprise. ICT Architect possède une centaine de clients internationaux, dont Skeyes, SES et Continental.

"Cette connaissance de niche est particulièrement précieuse pour nous", déclare Thomas Van Eeckhout, CEO d'EASI. "La connectivité data est aujourd'hui cruciale pour chaque entreprise, et l'évolution vers l'informatique dans le nuage ne fait que renforcer cette importance. Il n'empêche que cet aspect est négligé dans de nombreux cas en raison du haut degré de complexité. Grâce à cette nouvelle expertise, EASI peut à présent se positionner en tant qu'expert et combiner le meilleur concept télécom aux conditions optimales pour chaque client."

En raison du rachat d'ICT Architect, les deux entreprises étoffent leurs gammes respectives. On ne sait cependant pas encore si ICT Architect continuera d'opérer sous sa propre appellation ou sera incorporée à EASI. "Mais les services de l'entreprise seront, eux, bien intégrés", ajoute Van Eeckhout.

Pour sa part, EASI occupe aujourd'hui quelque 275 personnes en Belgique et au Luxembourg. Point étonnant: indépendamment du rachat, l'entreprise a, durant la crise du corona, entre-temps engagé quasiment vingt personnes en télétravail. "Ce sont des gens que nous n'avons pas encore rencontrés en face à face, ce qui rend les choses quelque peu spéciales", précise encore Van Eeckhout. L'entreprise a également été de nouveau désignée l'un des meilleurs employeurs par Great Place To Work.

EASI continue de considérer actuellement le télétravail comme la norme: "Les premiers jours de la crise, les nouveaux employés sont certes venus au bureau dans le respect des règles afin de ne pas propager le virus, pour recevoir leur ordinateur portable et leur voiture de fonction, mais le télétravail a ensuite repris ses droits."

ICT Architect compte cinq collaborateurs et est dirigée ces dix dernières années par Gunther De Vleeschouwer. Ce dernier rester encore actif un an ou deux au sein d'EASI, afin de soutenir l'intégration de l'entreprise. ICT Architect possède une centaine de clients internationaux, dont Skeyes, SES et Continental."Cette connaissance de niche est particulièrement précieuse pour nous", déclare Thomas Van Eeckhout, CEO d'EASI. "La connectivité data est aujourd'hui cruciale pour chaque entreprise, et l'évolution vers l'informatique dans le nuage ne fait que renforcer cette importance. Il n'empêche que cet aspect est négligé dans de nombreux cas en raison du haut degré de complexité. Grâce à cette nouvelle expertise, EASI peut à présent se positionner en tant qu'expert et combiner le meilleur concept télécom aux conditions optimales pour chaque client."En raison du rachat d'ICT Architect, les deux entreprises étoffent leurs gammes respectives. On ne sait cependant pas encore si ICT Architect continuera d'opérer sous sa propre appellation ou sera incorporée à EASI. "Mais les services de l'entreprise seront, eux, bien intégrés", ajoute Van Eeckhout.Pour sa part, EASI occupe aujourd'hui quelque 275 personnes en Belgique et au Luxembourg. Point étonnant: indépendamment du rachat, l'entreprise a, durant la crise du corona, entre-temps engagé quasiment vingt personnes en télétravail. "Ce sont des gens que nous n'avons pas encore rencontrés en face à face, ce qui rend les choses quelque peu spéciales", précise encore Van Eeckhout. L'entreprise a également été de nouveau désignée l'un des meilleurs employeurs par Great Place To Work.EASI continue de considérer actuellement le télétravail comme la norme: "Les premiers jours de la crise, les nouveaux employés sont certes venus au bureau dans le respect des règles afin de ne pas propager le virus, pour recevoir leur ordinateur portable et leur voiture de fonction, mais le télétravail a ensuite repris ses droits."