Précédemment déjà, Facebook avait reconnu avoir vendu pour 100.000 dollars d'annonces politiques à des 'trolls' pro-russes, qui voulaient influencer le public américain. A présent, la firme internet a aussi précisé le nombre d'annonces parues et quand les gens les ont découvertes. "44 pour cent des annonces ont été visionnées avant les élections américaines du 8 novembre 2016, et 56 pour cent après'', affirme Facebook dans une communiqué. Ces publicités portaient souvent sur des questions sociales et politiques sensibles telles la possession d'armes, la migration et la situation des minorités sexuelles dans la société américaine.

L'entreprise a annoncé lundi avoir transmis les informations relatives à 3.000 annonces suspectes aux enquêteurs du congrès américain. Ceux-ci examinent si la Russie a bien tenté d'influencer les élections en faveur de Donald Trump, qui s'était le mois passé encore plaint à ce sujet. "La plaisanterie russe se poursuit. Il y a à présent de nouveau des annonces sur Facebook'', avait alors indiqué le président sur Twitter.

Précédemment déjà, Facebook avait reconnu avoir vendu pour 100.000 dollars d'annonces politiques à des 'trolls' pro-russes, qui voulaient influencer le public américain. A présent, la firme internet a aussi précisé le nombre d'annonces parues et quand les gens les ont découvertes. "44 pour cent des annonces ont été visionnées avant les élections américaines du 8 novembre 2016, et 56 pour cent après'', affirme Facebook dans une communiqué. Ces publicités portaient souvent sur des questions sociales et politiques sensibles telles la possession d'armes, la migration et la situation des minorités sexuelles dans la société américaine.L'entreprise a annoncé lundi avoir transmis les informations relatives à 3.000 annonces suspectes aux enquêteurs du congrès américain. Ceux-ci examinent si la Russie a bien tenté d'influencer les élections en faveur de Donald Trump, qui s'était le mois passé encore plaint à ce sujet. "La plaisanterie russe se poursuit. Il y a à présent de nouveau des annonces sur Facebook'', avait alors indiqué le président sur Twitter.