Vendredi passé dans la ville chinoise de Wenzhou, une jeune passagère de vingt ans a été violée et assassinée par son chauffeur durant un déplacement assuré par le service de transport Hitch de Didi Chuxing. L'entreprise a à présent suspendu temporairement le service de covoiturage et est en train de revoir ses règles internes.

Il s'agit là du deuxième meurtre en quelques mois de temps. En mai dernier dans la province d'Henan, une stewardess de 21 ans avait en effet déjà été tuée par son chauffeur, qui avait utilisé le compte de son père pour rouler. Didi avait alors suspendu son service ce transport pendant six semaines, afin de prendre de nouvelles mesures nécessaires. L'entreprise introduisit entre autres un bouton d'urgence, de nouvelles méthodes de vérification et la reconnaissance faciale, afin de 'réduire le risque d'une utilisation illicite de comptes'.

Ces mesures de sécurité ne semblent cependant pas suffire. Le suspect n'avait aucun antécédent, selon l'entreprise, mais des plaintes avaient déjà été déposées à son encontre chez Hitch. La veille de l'assassinat, une passagère avait ainsi déclaré qu'il lui avait demandé de venir s'asseoir à côté de lui, qu'il l'avait amenée dans un endroit reculé, puis avait tenté de la suivre. Cette plainte n'avait cependant pas été directement examinée. Didi Xuching a entre-temps entamé une enquête interne et a déjà licencié le directeur d'Hitch et le vice-président des 'customer services'.

Didi est l'une des plus importantes plates-formes de transport en Asie. L'entreprise a notamment racheté les activités d'Uber en Chine et exploite plusieurs applis de taxi et de covoiturage. Hitch est précisément un service de covoiturage par lequel des chauffeurs peuvent transporter (gratuitement) des passagers prenant la même direction qu'eux. Hitch est le seul service à être suspendu. Les autres services de transport de l'entreprise restent en effet opérationnels.