Selon le classement Top 500 des superordinateurs, le modèle le plus rapide se trouve désormais dans l'Oak Ridge National Laboratory (ORNL). La machine atteint des performances de pointe d'1,1 exaflop et est ainsi nettement plus puissante que le précédent numéro un, le japonais Fyugaku qui atteint 442 pétaflops.

Le classement des superordinateurs change régulièrement à mesure que des machines plus puissantes sont fabriquées et fournies. Fugaku, créé par Fujitsu, dominait ce classement ces deux dernières années, plus précisément depuis la mi-2020.

Pour sa part, Frontier est un superordinateur basé sur la plate-forme Cray EX de HPE. La machine est refroidie à l'eau et intègre des processeurs Epyc de troisième génération d'AMD, des accélérateurs Instinct MI250X et une structure d'interconnexion Slingshot-11 de 200 Gbits/seconde.

La machine avait été annoncée en 2019 par un contrat d'une valeur de 600 millions de dollars. Fait étonnant: à l'époque, l'ORNL évoquait une puissance de calcul d'1,5 pétaflop. Il est possible que la capacité de la machine soit donc encore étendue dans un proche avenir.

Selon le classement Top 500 des superordinateurs, le modèle le plus rapide se trouve désormais dans l'Oak Ridge National Laboratory (ORNL). La machine atteint des performances de pointe d'1,1 exaflop et est ainsi nettement plus puissante que le précédent numéro un, le japonais Fyugaku qui atteint 442 pétaflops.Le classement des superordinateurs change régulièrement à mesure que des machines plus puissantes sont fabriquées et fournies. Fugaku, créé par Fujitsu, dominait ce classement ces deux dernières années, plus précisément depuis la mi-2020.Pour sa part, Frontier est un superordinateur basé sur la plate-forme Cray EX de HPE. La machine est refroidie à l'eau et intègre des processeurs Epyc de troisième génération d'AMD, des accélérateurs Instinct MI250X et une structure d'interconnexion Slingshot-11 de 200 Gbits/seconde.La machine avait été annoncée en 2019 par un contrat d'une valeur de 600 millions de dollars. Fait étonnant: à l'époque, l'ORNL évoquait une puissance de calcul d'1,5 pétaflop. Il est possible que la capacité de la machine soit donc encore étendue dans un proche avenir.