Les voitures de marques BMW, Hyundai, Mercedes, Tesla, Toyota et Volvo rouleront par blocs de cinq ou six. Elles détermineront elles-mêmes leur vitesse et la distance qui les sépare des autres. "Là où elles pourront rouler à 100 km/h, elles rouleront à 100. Et là où le 120 est permis, elles rouleront à 120", déclare Mark Maaskant du circuit d'essai installé à Lelystad ce mardi. C'est sur ce circuit que les voitures ont été testées ces derniers temps.

Si un autre automobiliste vient s'incruster dans le peloton, les voitures freineront d'elles-mêmes afin de maintenir une distance suffisante. Si 'l'intrus' continue son dépassement, le petit peloton se reformera. Les voitures vireront d'elles-mêmes quand ce sera nécessaire. Les conducteurs présents à l'intérieur devront garder les mains sur le volant, car la loi n'autorise pas qu'il en soit autrement, mais les voitures feront en principe tout le travail elles-mêmes.

"Le but n'est absolument pas que l'on relâche les mains du volant pour consulter ses courriels. Nous y sommes opposés car c'est là la cause de nombreux accidents aux heures de pointe dans les files. Avec la nouvelle technologie équipant les voitures autonomes, le trafic sera plus sûr", conclut Maaskant.(Belga/WK)

Les voitures de marques BMW, Hyundai, Mercedes, Tesla, Toyota et Volvo rouleront par blocs de cinq ou six. Elles détermineront elles-mêmes leur vitesse et la distance qui les sépare des autres. "Là où elles pourront rouler à 100 km/h, elles rouleront à 100. Et là où le 120 est permis, elles rouleront à 120", déclare Mark Maaskant du circuit d'essai installé à Lelystad ce mardi. C'est sur ce circuit que les voitures ont été testées ces derniers temps.Si un autre automobiliste vient s'incruster dans le peloton, les voitures freineront d'elles-mêmes afin de maintenir une distance suffisante. Si 'l'intrus' continue son dépassement, le petit peloton se reformera. Les voitures vireront d'elles-mêmes quand ce sera nécessaire. Les conducteurs présents à l'intérieur devront garder les mains sur le volant, car la loi n'autorise pas qu'il en soit autrement, mais les voitures feront en principe tout le travail elles-mêmes."Le but n'est absolument pas que l'on relâche les mains du volant pour consulter ses courriels. Nous y sommes opposés car c'est là la cause de nombreux accidents aux heures de pointe dans les files. Avec la nouvelle technologie équipant les voitures autonomes, le trafic sera plus sûr", conclut Maaskant.(Belga/WK)