Ce point faible dans la sécurité est présent sur les appareils équipés d'un certain type de processeur (l'Exynos 4-SoC). Il s'agit des smartphones populaires Galaxy SII et SIII, mais aussi des Galaxy Note, Note II et Note 10.1.

La brèche dans la sécurité avait été découverte en décembre 2012 déjà. Par la suite, Samsung tenta d'y remédier en sortant un correctif (patch), mais en vain. Selon le spécialiste de la sécurité Dan Rosenberg, l'on parvient encore à contourner le patch en question.

Ce point faible dans la sécurité est présent sur les appareils équipés d'un certain type de processeur (l'Exynos 4-SoC). Il s'agit des smartphones populaires Galaxy SII et SIII, mais aussi des Galaxy Note, Note II et Note 10.1. La brèche dans la sécurité avait été découverte en décembre 2012 déjà. Par la suite, Samsung tenta d'y remédier en sortant un correctif (patch), mais en vain. Selon le spécialiste de la sécurité Dan Rosenberg, l'on parvient encore à contourner le patch en question.