Ces attaques ont provoqué la brève mise hors ligne de quelques-uns de ces sites web, comme celui de la présidente. Selon un communiqué gouvernemental posté sur Facebook, il s'agit d'attaques DDOS provenant de l'étranger. Les sites web ont pour l'occasion dû faire face à 200 fois plus de trafic que la normale.

Le timing de ces attaques semble ne pas être le fait du hasard. La politicienne américaine Nancy Pelosi était en effet hier en visite à Taiwan au beau milieu de tensions grandissantes entre les Etats-Unis + Taiwan d'un côté et la Chine de l'autre. Cette dernière considère Taiwan comme une partie de son territoire. Pour elle, la visite de Pelosi à la présidente de l'île constitue une provocation. On se tourne dès lors vers la Chine à propos des auteurs des attaques DDOS. Selon l'agence de presse Reuters, il s'agirait surtout d'hacktivistes et pas tant de pirates d'Etat.

Ces attaques ont provoqué la brève mise hors ligne de quelques-uns de ces sites web, comme celui de la présidente. Selon un communiqué gouvernemental posté sur Facebook, il s'agit d'attaques DDOS provenant de l'étranger. Les sites web ont pour l'occasion dû faire face à 200 fois plus de trafic que la normale.Le timing de ces attaques semble ne pas être le fait du hasard. La politicienne américaine Nancy Pelosi était en effet hier en visite à Taiwan au beau milieu de tensions grandissantes entre les Etats-Unis + Taiwan d'un côté et la Chine de l'autre. Cette dernière considère Taiwan comme une partie de son territoire. Pour elle, la visite de Pelosi à la présidente de l'île constitue une provocation. On se tourne dès lors vers la Chine à propos des auteurs des attaques DDOS. Selon l'agence de presse Reuters, il s'agirait surtout d'hacktivistes et pas tant de pirates d'Etat.