La semaine dernière, l'association Monet a annoncé quatre incendies de pylônes d'antennes pour réseaux mobiles. "Les opérateurs déploient d'énormes efforts en ces temps difficiles pour maintenir les réseaux mobiles opérationnels", déclare Rob Bongelaar, directeur de Monet.

"La disponibilité d'une infrastructure numérique fiable est essentielle. Les connexions sont cruciales pour les hôpitaux et les maisons de repos par exemple. Il y a pourtant des gens qui n'hésitent pas à s'attaquer à des pylônes d'antennes. C'est incompréhensible et inacceptable."

Lors du premier incendie, le directeur pensait encore à un incident. "Mais maintenant qu'on en est à quatre cas, il ne s'agit plus d'un hasard. Il ne m'appartient pas d'avancer des hypothèses, mais j'espère bien que la police pourra mettre la main sur le ou les auteur(s) de ces faits."

Théorie du complot

Bongelaar évoque des dommages qui se chiffrent en dizaines de milliers d'euros. Qui plus est, les pylônes d'antennes peuvent ne plus être temporairement opérationnels à cause de l'incendie, rendant nulle la portée mobile, selon lui: "Il n'y a alors plus de couverture dans un rayon de 5 kilomètres, et cela ne peut durer des heures. Si le numéro 112 n'est pas accessible dans une zone, cela peut avoir de graves conséquences."

Ces derniers temps, un certain nombre de pylônes d'antennes ont été également incendiés en Grande-Bretagne. Ces incendies ont été reliés à une théorie du complot affirmant l'existence d'un lien entre le rayonnement de la 5G et la propagation du coronavirus.

La semaine dernière, l'association Monet a annoncé quatre incendies de pylônes d'antennes pour réseaux mobiles. "Les opérateurs déploient d'énormes efforts en ces temps difficiles pour maintenir les réseaux mobiles opérationnels", déclare Rob Bongelaar, directeur de Monet."La disponibilité d'une infrastructure numérique fiable est essentielle. Les connexions sont cruciales pour les hôpitaux et les maisons de repos par exemple. Il y a pourtant des gens qui n'hésitent pas à s'attaquer à des pylônes d'antennes. C'est incompréhensible et inacceptable."Lors du premier incendie, le directeur pensait encore à un incident. "Mais maintenant qu'on en est à quatre cas, il ne s'agit plus d'un hasard. Il ne m'appartient pas d'avancer des hypothèses, mais j'espère bien que la police pourra mettre la main sur le ou les auteur(s) de ces faits."Théorie du complotBongelaar évoque des dommages qui se chiffrent en dizaines de milliers d'euros. Qui plus est, les pylônes d'antennes peuvent ne plus être temporairement opérationnels à cause de l'incendie, rendant nulle la portée mobile, selon lui: "Il n'y a alors plus de couverture dans un rayon de 5 kilomètres, et cela ne peut durer des heures. Si le numéro 112 n'est pas accessible dans une zone, cela peut avoir de graves conséquences."Ces derniers temps, un certain nombre de pylônes d'antennes ont été également incendiés en Grande-Bretagne. Ces incendies ont été reliés à une théorie du complot affirmant l'existence d'un lien entre le rayonnement de la 5G et la propagation du coronavirus.