Les pirates en question s'en seraient pris notamment aux services mail des gouvernements grec et chypriote. Le conseiller en sécurité nationale de l'Irak en fut aussi une cible, de même que les services de renseignements albanais. D'après certaines rumeurs, les hackers auraient également ciblé des organisations turques, tel le département national des francs-maçons. Les attaques auraient eu lieu en 2018 et 2019.

La conclusion, selon laquelle la Turquie serait à l'initiative de ces attaques, les sources de Reuters la basent entre autres sur les révélations des victimes. Il s'agit de pays et d'organisations dans lesquels la Turquie possède d'importants intérêts. La façon de faire des pirates ressemble aussi à des attaques précédentes attribuées à la Turquie. Les hackers tentaient d'orienter des fonctionnaires ne soupçonnant rien vers des sites web contrefaits, et de s'emparer ainsi de leurs mots de passe notamment.

Les pirates en question s'en seraient pris notamment aux services mail des gouvernements grec et chypriote. Le conseiller en sécurité nationale de l'Irak en fut aussi une cible, de même que les services de renseignements albanais. D'après certaines rumeurs, les hackers auraient également ciblé des organisations turques, tel le département national des francs-maçons. Les attaques auraient eu lieu en 2018 et 2019.La conclusion, selon laquelle la Turquie serait à l'initiative de ces attaques, les sources de Reuters la basent entre autres sur les révélations des victimes. Il s'agit de pays et d'organisations dans lesquels la Turquie possède d'importants intérêts. La façon de faire des pirates ressemble aussi à des attaques précédentes attribuées à la Turquie. Les hackers tentaient d'orienter des fonctionnaires ne soupçonnant rien vers des sites web contrefaits, et de s'emparer ainsi de leurs mots de passe notamment.