Voilà ce que révèlent des médias allemands. ARD signale que ces attaques exploitent un malware appelé Winnti, qui permet aux agresseurs d'avoir accès à distance aux ordinateurs des victimes. D'une analyse du code de ce malware, il apparaîtrait que les entreprises en question sont la cible d'un groupe de hackers, qui opère probablement à la demande du gouvernement chinois.

Pas mal d'entreprises touchées

Outre BASF, Siemens et Henkel, les assaillants ont également ciblé la firme pharmaceutique Roche, la chaîne hôtelière Marriot, la compagnie arienne Lion Air, le conglomérat Sumitomo et les entreprises chimiques Shin-Etsu et Covestro.

Aucune donnée dérobée

Tant Siemens, Henkel que Roche reconnaissent avoir été touchées par Winnti. BASF et Covestro confirment pour leur part avoir été la cible de cyber-attaques. Tous les acteurs visés indiquent qu'aucune donnée n'a été dérobée lors de ces dernières. Aucun ne veut confirmer que ces attaques sont l'oeuvre de pirates chinois.

En collaboration avec Dutch IT-Channel.