Des modérateurs sont utilisés dans le monde entier pour supprimer les contenus nocifs des plates-formes telles Facebook. Il s'agit notamment d'images au contenu violent ou insultant. Dans le cas de Facebook, les modérateurs sont souvent recrutés par externalisation (outsourcing) pour travailler dans l'entreprise. Selon les auteurs du courrier, divers employés sont cependant contaminés par le covid-19.

'L'AI pas suffisamment intelligente'

Au début de la crise, Facebook demanda à ses employés de travailler autant que possible chez eux. Mais certains contenus, comme des images explicites relatives à des enfants, doivent être analysées obligatoirement dans un environnement sécurisé. Facebook tente dans certains cas de supprimer ce genre d'image des plates-formes en recourant à l'intelligence artificielle (AI). Selon les protestataires, l'AI de Facebook n'est cependant pas suffisamment intelligente pour remplacer le jugement humain, ce qui fait qu'une présence physique sur site s'avère nécessaire.

En plus de lancer un appel à un lieu de travail plus sûr, les modérateurs réclament dans leur courrier que Facebook leur propose un contrat de travail fixe, dans lequel serait également reprise une prime de risque.

Des modérateurs sont utilisés dans le monde entier pour supprimer les contenus nocifs des plates-formes telles Facebook. Il s'agit notamment d'images au contenu violent ou insultant. Dans le cas de Facebook, les modérateurs sont souvent recrutés par externalisation (outsourcing) pour travailler dans l'entreprise. Selon les auteurs du courrier, divers employés sont cependant contaminés par le covid-19.Au début de la crise, Facebook demanda à ses employés de travailler autant que possible chez eux. Mais certains contenus, comme des images explicites relatives à des enfants, doivent être analysées obligatoirement dans un environnement sécurisé. Facebook tente dans certains cas de supprimer ce genre d'image des plates-formes en recourant à l'intelligence artificielle (AI). Selon les protestataires, l'AI de Facebook n'est cependant pas suffisamment intelligente pour remplacer le jugement humain, ce qui fait qu'une présence physique sur site s'avère nécessaire.En plus de lancer un appel à un lieu de travail plus sûr, les modérateurs réclament dans leur courrier que Facebook leur propose un contrat de travail fixe, dans lequel serait également reprise une prime de risque.