La rançon est généralement de quelques centaines d'euros. Selon Olivier Bogaert, spécialiste à la Computer Crime Unit, "d'autres entreprises ont-elles-mêmes résolu le problème sans le mentionner à la police". "Nous pouvons donc extrapoler pour en arriver à 6.000 entreprises touchées", ajoute Bogaert. La Computer Crime Unit invite toutes les entreprises ayant été victimes du rançongiciel à se faire connaître.

(ANP/WK)

La rançon est généralement de quelques centaines d'euros. Selon Olivier Bogaert, spécialiste à la Computer Crime Unit, "d'autres entreprises ont-elles-mêmes résolu le problème sans le mentionner à la police". "Nous pouvons donc extrapoler pour en arriver à 6.000 entreprises touchées", ajoute Bogaert. La Computer Crime Unit invite toutes les entreprises ayant été victimes du rançongiciel à se faire connaître.(ANP/WK)