Le site internet en anglais du Jerusalem Post ainsi que le compte Twitter en hébreu du quotidien Maariv ont affiché tôt lundi l'image d'un poing tirant un obus depuis une bague au doigt arborant une pierre rouge vers un dôme explosé. "Nous sommes près de vous sans que vous le sachiez", était-il écrit en anglais et en hébreu sous le poing.

L'attaque informatique intervient le jour même du deuxième anniversaire de la mort du général iranien Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, et de son lieutenant irakien, tués dans une attaque au drone des Etats-Unis sur la route de l'aéroport international de Bagdad. A l'époque, les Etats-Unis avaient déclaré que Qassem Soleimani, qui arborait souvent une bague ornée d'une pierre rouge, préparait une action imminente contre le personnel américain en Irak.

Selon le Jerusalem Post, le piratage informatique, dont l'origine est inconnue à ce stade, a duré quelques heures. Depuis 2010, lorsque le virus Stuxnet avait frappé le programme nucléaire iranien, l'Iran d'un côté, Israël et les Etats-Unis de l'autre, s'accusent régulièrement de cyberattaques.

Le site internet en anglais du Jerusalem Post ainsi que le compte Twitter en hébreu du quotidien Maariv ont affiché tôt lundi l'image d'un poing tirant un obus depuis une bague au doigt arborant une pierre rouge vers un dôme explosé. "Nous sommes près de vous sans que vous le sachiez", était-il écrit en anglais et en hébreu sous le poing. L'attaque informatique intervient le jour même du deuxième anniversaire de la mort du général iranien Qassem Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, et de son lieutenant irakien, tués dans une attaque au drone des Etats-Unis sur la route de l'aéroport international de Bagdad. A l'époque, les Etats-Unis avaient déclaré que Qassem Soleimani, qui arborait souvent une bague ornée d'une pierre rouge, préparait une action imminente contre le personnel américain en Irak. Selon le Jerusalem Post, le piratage informatique, dont l'origine est inconnue à ce stade, a duré quelques heures. Depuis 2010, lorsque le virus Stuxnet avait frappé le programme nucléaire iranien, l'Iran d'un côté, Israël et les Etats-Unis de l'autre, s'accusent régulièrement de cyberattaques.