Des courriels piratés, il apparaîtrait que de nombreux sportifs de haut niveau voulaient subitement recourir à ce qu'on appelle le Therapeutic Use Exemptions (TUE), un programme permettant d'utiliser, après autorisation, des produits figurant sur la liste de dopage pour lutter par exemple contre l'asthme ou les inflammations.

Un tas de demandes

Le 30 juin, une collaboratrice de l'USADA indiquait dans un mail: ''Cela n'arrête pas. Je reçois des demandes pour de la prednisone de la part de nageurs et d'athlètes en pleine préparation aux Jeux.'' La prednisone est un corticostéroïde utilisé entre autres contre le rhumatisme et figurant sur la liste des produits interdits. ''Le nombre de demandes que nous recevons, n'est pas normal et est nettement supérieur à la période ayant précédé les Jeux de Londres en 2012.''

Précédemment, des pirates (hackers) avaient déjà révélé des données médicales, d'où il ressortait que des sportifs comme Serena et Venus Williams, Chris Froome, Bradley Wiggins et Rafael Nadal avaient utilisé avec autorisation - ce qui n'est donc pas punissable - des médicaments prohibés.

Contraire aux règles

''Notre équipe est ainsi sous pression car elle doit traiter toutes ces demandes'', affirmait dans un courriel Matthew Fedoruk, l'un des directeurs de l'USADA, qui avait abordé le problème plus tôt cette année auprès de l'agence mondiale antidopage WADA. Selon Fedoruk, la plupart des sportifs qui sollicitaient le TUE, ne respectaient pas les règles, qui stipulent qu'une ordonnance doit être sollicitée trente jours avant utilisation d'un médicament spécifique.

(ANP/WK)

Des courriels piratés, il apparaîtrait que de nombreux sportifs de haut niveau voulaient subitement recourir à ce qu'on appelle le Therapeutic Use Exemptions (TUE), un programme permettant d'utiliser, après autorisation, des produits figurant sur la liste de dopage pour lutter par exemple contre l'asthme ou les inflammations.Un tas de demandesLe 30 juin, une collaboratrice de l'USADA indiquait dans un mail: ''Cela n'arrête pas. Je reçois des demandes pour de la prednisone de la part de nageurs et d'athlètes en pleine préparation aux Jeux.'' La prednisone est un corticostéroïde utilisé entre autres contre le rhumatisme et figurant sur la liste des produits interdits. ''Le nombre de demandes que nous recevons, n'est pas normal et est nettement supérieur à la période ayant précédé les Jeux de Londres en 2012.''Précédemment, des pirates (hackers) avaient déjà révélé des données médicales, d'où il ressortait que des sportifs comme Serena et Venus Williams, Chris Froome, Bradley Wiggins et Rafael Nadal avaient utilisé avec autorisation - ce qui n'est donc pas punissable - des médicaments prohibés.Contraire aux règles''Notre équipe est ainsi sous pression car elle doit traiter toutes ces demandes'', affirmait dans un courriel Matthew Fedoruk, l'un des directeurs de l'USADA, qui avait abordé le problème plus tôt cette année auprès de l'agence mondiale antidopage WADA. Selon Fedoruk, la plupart des sportifs qui sollicitaient le TUE, ne respectaient pas les règles, qui stipulent qu'une ordonnance doit être sollicitée trente jours avant utilisation d'un médicament spécifique.(ANP/WK)