La semaine dernière, l'agence Reuters annonçait que le gouvernement Trump envisageait de durcir singulièrement l'exportation vers la Chine de technologies optiques, matériel radar et semi-conducteurs (dont les puces pour ordinateurs). Les Etats-Unis veulent ainsi éviter que de la technologie destinée aux entreprises et consommateurs chinois puisse être utilisée à des fins militaires. Des marchandises qui sont actuellement encore exportées sans licence en Chine, devraient dorénavant aussi avoir une telle licence.

Ce projet suscite une forte opposition de la part du secteur technologique américain. Neuf associations sectorielles, dont la Semiconductor Industry Associaton et le National Foreign Trade Council, ont adressé un courrier dans ce sens au ministre américain du commerce, Wilbur Ross.

"Cela pourrait impacter considérablement le secteur des semi-conducteurs, ses livraisons internationales et le secteur technologique au sens large", peut-on y lire.

Le courrier plaide en faveur de commentaires publics sur le renforcement des règles, de sorte que le gouvernement puisse éviter des effets désagréables. C'est ainsi que des organisations de lobbying signalent que les puces constituent la force motrice d'équipements médicaux sophistiqués, mais qu'elles aident aussi à effectuer du télétravail.

La semaine dernière déjà, le président de SEMI, l'un des groupes de défense d'intérêts qui a signé le courrier, indiquait qu'un renforcement des règles d'exportation nuirait aux fondeurs de puces américains. Ces exportations rapportent annuellement vingt milliards de dollars. Et d'ajouter qu'une attitude plus rigoureuse vis-à-vis de la Chine provoquerait de l'incertitude dans les chaînes d'approvisionnement à l'échelle mondiale, qui s'avèrent actuellement d'une importance cruciale dans la lutte contre le covid-19.

Ces mesures à l'exportation s'inscrivent dans une guerre commerciale plus large opposant les Etats-Unis à la Chine. C'est ainsi que les Etats-Unis tentent depuis quelque temps déjà de porter le discrédit sur la firme Huawei dans plusieurs pays, mais le fait est que cette entreprise n'a plus non plus accès à la technologie américaine.

Cela semble à présent s'étendre, pour les puces, à quasiment toute la Chine. Une décision qui va toucher les fabricants chinois, mais probablement aussi causer de sérieux dommages économiques aux fondeurs de puces américains, qui ne pourront plus desservir quasiment vingt pour cent de la population mondiale.

La semaine dernière, l'agence Reuters annonçait que le gouvernement Trump envisageait de durcir singulièrement l'exportation vers la Chine de technologies optiques, matériel radar et semi-conducteurs (dont les puces pour ordinateurs). Les Etats-Unis veulent ainsi éviter que de la technologie destinée aux entreprises et consommateurs chinois puisse être utilisée à des fins militaires. Des marchandises qui sont actuellement encore exportées sans licence en Chine, devraient dorénavant aussi avoir une telle licence.Ce projet suscite une forte opposition de la part du secteur technologique américain. Neuf associations sectorielles, dont la Semiconductor Industry Associaton et le National Foreign Trade Council, ont adressé un courrier dans ce sens au ministre américain du commerce, Wilbur Ross."Cela pourrait impacter considérablement le secteur des semi-conducteurs, ses livraisons internationales et le secteur technologique au sens large", peut-on y lire.Le courrier plaide en faveur de commentaires publics sur le renforcement des règles, de sorte que le gouvernement puisse éviter des effets désagréables. C'est ainsi que des organisations de lobbying signalent que les puces constituent la force motrice d'équipements médicaux sophistiqués, mais qu'elles aident aussi à effectuer du télétravail.La semaine dernière déjà, le président de SEMI, l'un des groupes de défense d'intérêts qui a signé le courrier, indiquait qu'un renforcement des règles d'exportation nuirait aux fondeurs de puces américains. Ces exportations rapportent annuellement vingt milliards de dollars. Et d'ajouter qu'une attitude plus rigoureuse vis-à-vis de la Chine provoquerait de l'incertitude dans les chaînes d'approvisionnement à l'échelle mondiale, qui s'avèrent actuellement d'une importance cruciale dans la lutte contre le covid-19.Ces mesures à l'exportation s'inscrivent dans une guerre commerciale plus large opposant les Etats-Unis à la Chine. C'est ainsi que les Etats-Unis tentent depuis quelque temps déjà de porter le discrédit sur la firme Huawei dans plusieurs pays, mais le fait est que cette entreprise n'a plus non plus accès à la technologie américaine.Cela semble à présent s'étendre, pour les puces, à quasiment toute la Chine. Une décision qui va toucher les fabricants chinois, mais probablement aussi causer de sérieux dommages économiques aux fondeurs de puces américains, qui ne pourront plus desservir quasiment vingt pour cent de la population mondiale.