Il s'agit là d'une des plus importantes adjudications européennes dans le domaine de l'infrastructure ICT que des applications critiques de deux agences devront soutenir: eu-LISA et Frontex. Eu-LISA est l'Agence Européenne en charge de la gestion opérationnelle de systèmes IT à grande échelle en matière de liberté, sécurité et droit. Quant à Frontex (l'acronyme de 'frontières extérieures'), elle est l'Agence Européenne pour la gestion de la collaboration opérationnelle aux frontières européennes extérieures des pays membres. En tout, il est question d'un budget de 442 millions d'euros répartis sur six ans maximum.

La Belgique au top

Le contrat se compose de plusieurs lots et porte sur du hardware, software, design, fourniture, testing et support de l'infrastructure ICT. Un premier lot consacré à l''infrastructure provisioning' a été attribué au groupe ecos constitué pour l'occasion. Ce dernier est dirigé par Everis Belgium (NTT Data) dans le but principal de mettre en oeuvre un 'transversal engineering framework'. Parmi les autres membres importants du groupe, on trouve la bruxelloise Cancom, Sopra Steria Benelux et Hellenic Telecommunications Organization (OTE) de Grèce. Une fois n'est pas coutume, ce sont donc surtout des entreprises belges qui profitent d'une adjudication IT européenne. Un autre lot a été alloué au groupe appelé ANTTIS, dirigé par Atos Belgium, avec NTT Belgium comme important partenaire.

Sécuriser les frontières européennes extérieures

Conjointement, ces entreprises devront mener à bien la mission européenne de sécuriser effectivement les frontières extérieures. Eu-LISA a en outre aussi quelques objectifs stratégiques à atteindre, pour lesquels l'IT devra concevoir et mettre en oeuvre l'infrastructure requise. Tous les futurs systèmes business fondamentaux des agences impliquées tourneront sur cette infrastructure. Sopra Steria se chargera spécifiquement de la cyber-sécurité. L'entreprise IT n'en sera ainsi pas à son coup d'essai, car elle fut déjà un fournisseur d'eu-LISA. La sécurité est l'une des top-priorités dans ce contrat, où des principes tels 'security by design' et 'zero-trust' doivent être appliqués.

Transformation opérationnelle

Il est question d'un projet de transformation opérationnelle en profondeur, où on abandonne les silos traditionnels et où on mise désormais sur une approche 'cross layer'. Eu-LISA et Frontex deviennent ainsi également des fournisseurs de services spécialisés pour les pays membres et d'autres agences européennes, avec donc à la clé de nombreux défis à relever pour les fournisseurs concernés. L'un des points d'attention est du reste aussi une automatisation poussée avec 'application lifecycle management' et l'utilisation de l'intelligence artificielle. Concrètement, l'Europe pense dans ce cas à l'utilisation de NLP ('Natural Language Processing') dans le processus de testing et à l'apprentissage machine pour par exemple la gestion opérationnelle et la maintenance de l'infrastructure.

Il s'agit là d'une des plus importantes adjudications européennes dans le domaine de l'infrastructure ICT que des applications critiques de deux agences devront soutenir: eu-LISA et Frontex. Eu-LISA est l'Agence Européenne en charge de la gestion opérationnelle de systèmes IT à grande échelle en matière de liberté, sécurité et droit. Quant à Frontex (l'acronyme de 'frontières extérieures'), elle est l'Agence Européenne pour la gestion de la collaboration opérationnelle aux frontières européennes extérieures des pays membres. En tout, il est question d'un budget de 442 millions d'euros répartis sur six ans maximum.Le contrat se compose de plusieurs lots et porte sur du hardware, software, design, fourniture, testing et support de l'infrastructure ICT. Un premier lot consacré à l''infrastructure provisioning' a été attribué au groupe ecos constitué pour l'occasion. Ce dernier est dirigé par Everis Belgium (NTT Data) dans le but principal de mettre en oeuvre un 'transversal engineering framework'. Parmi les autres membres importants du groupe, on trouve la bruxelloise Cancom, Sopra Steria Benelux et Hellenic Telecommunications Organization (OTE) de Grèce. Une fois n'est pas coutume, ce sont donc surtout des entreprises belges qui profitent d'une adjudication IT européenne. Un autre lot a été alloué au groupe appelé ANTTIS, dirigé par Atos Belgium, avec NTT Belgium comme important partenaire.Conjointement, ces entreprises devront mener à bien la mission européenne de sécuriser effectivement les frontières extérieures. Eu-LISA a en outre aussi quelques objectifs stratégiques à atteindre, pour lesquels l'IT devra concevoir et mettre en oeuvre l'infrastructure requise. Tous les futurs systèmes business fondamentaux des agences impliquées tourneront sur cette infrastructure. Sopra Steria se chargera spécifiquement de la cyber-sécurité. L'entreprise IT n'en sera ainsi pas à son coup d'essai, car elle fut déjà un fournisseur d'eu-LISA. La sécurité est l'une des top-priorités dans ce contrat, où des principes tels 'security by design' et 'zero-trust' doivent être appliqués.Il est question d'un projet de transformation opérationnelle en profondeur, où on abandonne les silos traditionnels et où on mise désormais sur une approche 'cross layer'. Eu-LISA et Frontex deviennent ainsi également des fournisseurs de services spécialisés pour les pays membres et d'autres agences européennes, avec donc à la clé de nombreux défis à relever pour les fournisseurs concernés. L'un des points d'attention est du reste aussi une automatisation poussée avec 'application lifecycle management' et l'utilisation de l'intelligence artificielle. Concrètement, l'Europe pense dans ce cas à l'utilisation de NLP ('Natural Language Processing') dans le processus de testing et à l'apprentissage machine pour par exemple la gestion opérationnelle et la maintenance de l'infrastructure.