Le marketing d'influence est omniprésent en ligne. Tout consommateur qui navigue dans Instagram, est littéralement bombardé d'annonces de jolies tenues vestimentaires, de délicieux shakes, d'e-books, d'événements à ne pas manquer,... Cette publicité en ligne est certes tout à fait légale, mais il convient à tout moment que les consommateurs sachent clairement si ce type de message revêt ou non un caractère commercial.

#sponsorisé

De Bleeker, le SPF Economie et le secteur se sont mis d'accord sur un certain nombre de directives à destination des influenceurs. Ces derniers ont dorénavant le choix parmi divers termes concrets à utiliser dans leurs messages, vidéos ou présentations de type commercial: '#réclame', '#annonce' ou '#publicité'. Dans certains cas, le mot-dièse '#sponsorisé' peut aussi être utilisé.

La secrétaire d'Etat indique que les influenceurs sauront désormais très clairement ce qu'ils devront faire pour ainsi échapper aux amendes. L'Inspection Economique peut en effet infliger des amendes administratives qui peuvent atteindre les 80.000 euros. Les contrôles se déroulent surtout de manière proactive par les services d'inspection, mais aussi sur base de plaintes déposées par les consommateurs. Or ces plaintes demeuraient limitées jusqu'à présent, d'une part parce que les consommateurs ignoraient ce qui était autorisé ou pas, et d'autre part en raison de la confiance que ces mêmes consommateurs accordent parfois aux influenceurs.

'Les influenceurs font ainsi parfois réellement partie de la vie de leurs suiveurs, qui leur vouent dès lors quasiment une confiance aveugle. A mes yeux, il est par conséquent essentiel que les consommateurs sachent aujourd'hui enfin quand ces influenceurs publient des messages commerciaux. Pour ce qui est du choix exact des termes à utiliser, nous faisons preuve de flexibilité en proposant quatre options. L'idée de base est la clarté', conclut la secrétaire d'Etat De Bleeker.

Le marketing d'influence est omniprésent en ligne. Tout consommateur qui navigue dans Instagram, est littéralement bombardé d'annonces de jolies tenues vestimentaires, de délicieux shakes, d'e-books, d'événements à ne pas manquer,... Cette publicité en ligne est certes tout à fait légale, mais il convient à tout moment que les consommateurs sachent clairement si ce type de message revêt ou non un caractère commercial.De Bleeker, le SPF Economie et le secteur se sont mis d'accord sur un certain nombre de directives à destination des influenceurs. Ces derniers ont dorénavant le choix parmi divers termes concrets à utiliser dans leurs messages, vidéos ou présentations de type commercial: '#réclame', '#annonce' ou '#publicité'. Dans certains cas, le mot-dièse '#sponsorisé' peut aussi être utilisé.La secrétaire d'Etat indique que les influenceurs sauront désormais très clairement ce qu'ils devront faire pour ainsi échapper aux amendes. L'Inspection Economique peut en effet infliger des amendes administratives qui peuvent atteindre les 80.000 euros. Les contrôles se déroulent surtout de manière proactive par les services d'inspection, mais aussi sur base de plaintes déposées par les consommateurs. Or ces plaintes demeuraient limitées jusqu'à présent, d'une part parce que les consommateurs ignoraient ce qui était autorisé ou pas, et d'autre part en raison de la confiance que ces mêmes consommateurs accordent parfois aux influenceurs.'Les influenceurs font ainsi parfois réellement partie de la vie de leurs suiveurs, qui leur vouent dès lors quasiment une confiance aveugle. A mes yeux, il est par conséquent essentiel que les consommateurs sachent aujourd'hui enfin quand ces influenceurs publient des messages commerciaux. Pour ce qui est du choix exact des termes à utiliser, nous faisons preuve de flexibilité en proposant quatre options. L'idée de base est la clarté', conclut la secrétaire d'Etat De Bleeker.