Les plaignants sont entre autres les développeurs des applis des journaux français Le Figaro et L'Equipe, mais aussi de Le Geste, une association de fournisseurs de contenus français.

Le groupe se plaint que dans l'écosystème d'Apple, il n'y ait qu'un seul magasin d'applications, où Apple prélève en outre trente pour cent de commission et facture 99 dollars de frais annuels. Et ce, alors que les développeurs ne peuvent choisir un autre magasin d'applis, ce qui limite aussi l'innovation dans une telle plate-forme d'applications.

Cette plainte s'inscrit dans le prolongement du procès opposant Apple à Epic Games, l'entreprise à l'initiative de Fortnite. Epic Games avait créé son propre système de paiement et avait contourné ainsi la commission revendiquée par Apple. Résultat: Epic Games fut expulsée de l'App Store, ce qui engendra le procès en question.

Pas la première plainte

En Europe, Spotify avait à ce propos également tiré la sonnette d'alarme il y a quelques années, parce qu'Apple lui 'chipait' ainsi une partie de ses revenus liés aux abonnements. De plus, plusieurs journaux belges s'étaient précédemment aussi plaints d'une telle situation. C'est surtout lorsque quelqu'un souscrit un abonnement 'in app' qu'Apple passe mensuellement à la caisse.

Apple qui, selon l'agence Reuters, n'a pas encore réagi à l'accusation, a certes accepté de faire quelques petites concessions au cours des dernières années. C'est ainsi qu'elle a réduit ses tarifs pour les petits développeurs (enregistrant un chiffre d'affaires moindre). Mais le fait qu'une appli ne puisse aboutir sur un iPhone ou un iPad que via l'App Store et avec la commission qui va de pair, reste une pilule bien amère à avaler pour de nombreux développeurs.

Les plaignants sont entre autres les développeurs des applis des journaux français Le Figaro et L'Equipe, mais aussi de Le Geste, une association de fournisseurs de contenus français.Le groupe se plaint que dans l'écosystème d'Apple, il n'y ait qu'un seul magasin d'applications, où Apple prélève en outre trente pour cent de commission et facture 99 dollars de frais annuels. Et ce, alors que les développeurs ne peuvent choisir un autre magasin d'applis, ce qui limite aussi l'innovation dans une telle plate-forme d'applications.Cette plainte s'inscrit dans le prolongement du procès opposant Apple à Epic Games, l'entreprise à l'initiative de Fortnite. Epic Games avait créé son propre système de paiement et avait contourné ainsi la commission revendiquée par Apple. Résultat: Epic Games fut expulsée de l'App Store, ce qui engendra le procès en question.En Europe, Spotify avait à ce propos également tiré la sonnette d'alarme il y a quelques années, parce qu'Apple lui 'chipait' ainsi une partie de ses revenus liés aux abonnements. De plus, plusieurs journaux belges s'étaient précédemment aussi plaints d'une telle situation. C'est surtout lorsque quelqu'un souscrit un abonnement 'in app' qu'Apple passe mensuellement à la caisse.Apple qui, selon l'agence Reuters, n'a pas encore réagi à l'accusation, a certes accepté de faire quelques petites concessions au cours des dernières années. C'est ainsi qu'elle a réduit ses tarifs pour les petits développeurs (enregistrant un chiffre d'affaires moindre). Mais le fait qu'une appli ne puisse aboutir sur un iPhone ou un iPad que via l'App Store et avec la commission qui va de pair, reste une pilule bien amère à avaler pour de nombreux développeurs.