Le quatuor demande spécifiquement aux entreprises de médias sociaux 'de signaler ou de répertorier tout contenu susceptible de servir de preuve de crimes de guerre et d'autres exactions'. La raison de cette requête est que ces preuves de potentiels crimes de guerre russes s'accumulent sur les médias sociaux. YouTube, TikTok, Twitter et Facebook n'ont pas encore réagi à la demande.

Mercredi, le procureur général ukrainien a pour la première fois depuis le début de l'invasion en février poursuivi un soldat russe pour crimes de guerre. Le procès a été annoncé sur Facebook.

Le quatuor demande spécifiquement aux entreprises de médias sociaux 'de signaler ou de répertorier tout contenu susceptible de servir de preuve de crimes de guerre et d'autres exactions'. La raison de cette requête est que ces preuves de potentiels crimes de guerre russes s'accumulent sur les médias sociaux. YouTube, TikTok, Twitter et Facebook n'ont pas encore réagi à la demande.Mercredi, le procureur général ukrainien a pour la première fois depuis le début de l'invasion en février poursuivi un soldat russe pour crimes de guerre. Le procès a été annoncé sur Facebook.