Un collectif de pirates russes, appelé Berserk Bear ou Dragonfly par des chercheurs, a attaqué des dizaines de réseaux d'états et de villes aux Etats-Unis. Des réseaux de compagnies aériennes ont également été pris pour cible. 'Depuis septembre, un collectif russe soutenu par Moscou mène une campagne contre diverses cibles américaines', affirme le FBI et le ministère de la sécurité nationale dans un communiqué et ce, deux semaines environ avant les élections présidentielles.

Vol de données

Les hackers sont parvenus à s'infiltrer dans un nombre inconnu de réseaux et, dans deux cas, à y voler des données. Les autorités n'ont pas précisé davantage les deux effractions réussies. Dans le communiqué, le FBI évoque 'le comportement scandaleux de la Russie'. L'ambassade russe à Washington rejette cependant les accusations et renvoie à une déclaration du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qui a qualifié ce genre d'accusations 'd'absolument non-fondées'.

Elections

A l'approche des élections présidentielles, les autorités américaines sont tout particulièrement attentives aux cyber-attaques lancées de l'étranger. Ils sont nombreux aux Etats-Unis à craindre une répétition des événements qui précédèrent les élections de 2016. A l'époque, des pirates russes avaient réussi à dérober et à publier notamment des courriels de personnalités démocrates.

Le chef des renseignements américains John Ratcliffe a récemment prévenu que la Russie et l'Iran allaient tenter de se mêler aux élections présidentielles. L'Iran et la Russie voudraient ainsi saper la confiance des Américains dans l'intégrité des élections et propager de fausses informations, afin d'influencer les résultats du scrutin. La Russie a dérobé des données personnelles d'électeurs enregistrés, alors que l'Iran a envoyé de faux courriels d'intimidation aux électeurs, selon Ratcliffe.

Un collectif de pirates russes, appelé Berserk Bear ou Dragonfly par des chercheurs, a attaqué des dizaines de réseaux d'états et de villes aux Etats-Unis. Des réseaux de compagnies aériennes ont également été pris pour cible. 'Depuis septembre, un collectif russe soutenu par Moscou mène une campagne contre diverses cibles américaines', affirme le FBI et le ministère de la sécurité nationale dans un communiqué et ce, deux semaines environ avant les élections présidentielles.Les hackers sont parvenus à s'infiltrer dans un nombre inconnu de réseaux et, dans deux cas, à y voler des données. Les autorités n'ont pas précisé davantage les deux effractions réussies. Dans le communiqué, le FBI évoque 'le comportement scandaleux de la Russie'. L'ambassade russe à Washington rejette cependant les accusations et renvoie à une déclaration du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qui a qualifié ce genre d'accusations 'd'absolument non-fondées'.A l'approche des élections présidentielles, les autorités américaines sont tout particulièrement attentives aux cyber-attaques lancées de l'étranger. Ils sont nombreux aux Etats-Unis à craindre une répétition des événements qui précédèrent les élections de 2016. A l'époque, des pirates russes avaient réussi à dérober et à publier notamment des courriels de personnalités démocrates.Le chef des renseignements américains John Ratcliffe a récemment prévenu que la Russie et l'Iran allaient tenter de se mêler aux élections présidentielles. L'Iran et la Russie voudraient ainsi saper la confiance des Américains dans l'intégrité des élections et propager de fausses informations, afin d'influencer les résultats du scrutin. La Russie a dérobé des données personnelles d'électeurs enregistrés, alors que l'Iran a envoyé de faux courriels d'intimidation aux électeurs, selon Ratcliffe.