L'agence de presse Reuters a lu ce courrier. Vestager examine actuellement déjà si Google abuse de sa position dominante avec son service d'offres d'emploi.

Les 23 signataires se plaignent que Google place son service Google for Jobs tout en haut des résultats dans son moteur de recherche. Si Bruxelles ne met pas le service hors ligne, ils entendent introduire une plainte formelle.

Google for Jobs est un outil avec lequel Google collecte les offres d'emploi d'autres employeurs. Ces offres sont ensuite filtrées sur base des desiderata des utilisateurs. Le service renvoie à des sites externes et signale par exemple s'il y a un emploi recherché par tel ou tel utilisateur. Pour les signataires du courrier, dont font partie le site britannique Best Jobs Online et l'allemand Intermedia, Google abuse de sa position dominante, sans investir autant qu'eux en moyens de marketing.

La Commission européenne a cette année déjà infligé à Google une amende de quasiment 1,5 milliard d'euros pour avoir abusé de sa position de force sur le marché publicitaire. Précédemment, l'entreprise avait aussi fait l'objet de méga-amendes de la part de Bruxelles, notamment pour concurrence déloyale avec son système d'exploitation Android. Récemment encore, le contrôleur de marché américain FTC avait annoncé examiner de près les géants technologiques.