Concrètement, elles accusent Google d'inciter les fabricants d'appareils tournant sur Android d'accorder la priorité aux applications de Google, telles YouTube et Maps.

'Google utilise son système d'exploitation mobile Android comme un cheval de Troie pour tromper ses partenaires, monopoliser le marché mobile et contrôler les données des utilisateurs', peut-on lire dans un communiqué de l'avocat de FairSearch.

Les 17 entreprises demandent à la Commission d'agir vite, afin 'de protéger la concurrence et l'innovation sur ce marché crucial'.

Selon FairSearch, Android serait installé sur 70 pour cent des appareils mobiles fournis fin 2012. Google domine aussi le marché des publicités mobiles avec une part de 96 pour cent.

Enquête

Une enquête européenne est déjà en cours à propos des activités de Google. Microsoft avait en effet précédemment déjà déposé une plainte auprès de la Commission, parce que Google fausserait la concurrence et copierait les critiques de voyages et de restaurants de rivaux.

Réactions

Le commissaire européen compétent, Joaquin Almunia, n'a pas souhaité faire de commentaires à propos de la nouvelle plainte. Il a cependant déclaré qu'il s'attendait cette semaine à de nouvelles propositions de la part de Google dans le cadre de l'enquête sur les moteurs de recherche.

Google elle-même réagit laconiquement: 'Nous continuons de collaborer avec la Commission européenne.'

Microsoft

En mars, Microsoft s'était encore vu infliger une amende de 561 millions d'euros de la part de la Commission européenne, parce qu'elle ne propose dans son système d'exploitation Windows 7 que son propre navigateur web Internet Explorer.(AFP/Bloomberg/KVDA)