Voilà ce que révèle le Financial Times sur base d'un rapport de Google non encore publié, mais dont le journal a pu prendre connaissance en avant-première. Les brèches sécuritaires auraient été découvertes l'été dernier déjà et communiquées à Apple au mois d'août.

Les chercheurs ont constaté qu'il existe cinq scénarios différents, par lesquels des personnes mal intentionnées pouvaient mettre la main sur des informations à propos du comportement de navigation des utilisateurs de Safari.

Assez étonnamment, les problèmes se situent dans l'Intelligent Tracking Prevention, une fonction introduite en 2017 justement pour faire en sorte que des tiers n'aient pas accès au comportement de navigation de l'utilisateur. Selon les chercheurs, cette fonction aurait quand même conservé involontairement des données sur les sites web visités. Une faille qui a permis à des pirates de continuer de suivre l'utilisateur ne soupçonnant rien pendant ses sessions de navigation.

Tout semble indiquer qu'Apple a colmaté en tout cas la plupart des brèches sécuritaires découvertes au moyen d'une mise à jour sortie en décembre. Cela se remarque à un passage des release notes du navigateur, dans lequel Apple remercie les chercheurs de Google pour leurs efforts. On ne sait cependant pas si cette mise à jour logicielle a résolu tous les problèmes.

Voilà ce que révèle le Financial Times sur base d'un rapport de Google non encore publié, mais dont le journal a pu prendre connaissance en avant-première. Les brèches sécuritaires auraient été découvertes l'été dernier déjà et communiquées à Apple au mois d'août.Les chercheurs ont constaté qu'il existe cinq scénarios différents, par lesquels des personnes mal intentionnées pouvaient mettre la main sur des informations à propos du comportement de navigation des utilisateurs de Safari.Assez étonnamment, les problèmes se situent dans l'Intelligent Tracking Prevention, une fonction introduite en 2017 justement pour faire en sorte que des tiers n'aient pas accès au comportement de navigation de l'utilisateur. Selon les chercheurs, cette fonction aurait quand même conservé involontairement des données sur les sites web visités. Une faille qui a permis à des pirates de continuer de suivre l'utilisateur ne soupçonnant rien pendant ses sessions de navigation.Tout semble indiquer qu'Apple a colmaté en tout cas la plupart des brèches sécuritaires découvertes au moyen d'une mise à jour sortie en décembre. Cela se remarque à un passage des release notes du navigateur, dans lequel Apple remercie les chercheurs de Google pour leurs efforts. On ne sait cependant pas si cette mise à jour logicielle a résolu tous les problèmes.