Il y a plus d'un an, le New York Times, Motherboard et le sénateur démocrate Ron Wyden avaient découvert que tant AT&T, T-Mobile, Sprint que Verizon revendaient les données de localisation de leurs clients à des chasseurs de primes et à des centaines d'acteurs tiers. Ce trafic se faisait à l'insu et sans l'autorisation des clients.

A présent, le régulateur télécom FCC propose une amende conjointe de quelque 200 millions de dollars, selon une source qui s'est confiée à Motherboard. C'est le ministère de la Justice qui devra en fin de compte l'infliger, mais les opérateurs peuvent encore faire appel.

A cause de cette pratique, il était relativement facile de connaître - il est vrai via plusieurs intermédiaires - les données d'emplacement de personnes. Il y eut même un shérif qui exploita lesdites données pour espionner des juges et d'autres autorités.

L'amende envisagée fait aussi l'objet de pas mal de critiques. C'est ainsi que le sénateur Wyden, qui avait révélé l'affaire au grand public, signale que le FCC ne l'a examinée qu'après qu'elle ait fait plusieurs fois la une des médias. En outre, le montant de l'amende est relativement faible. Les Etats-Unis comptent quelque 278 millions d'utilisateurs mobiles. Le montant de l'amende reviendrait donc à moins d'un dollar par client.

Il y a plus d'un an, le New York Times, Motherboard et le sénateur démocrate Ron Wyden avaient découvert que tant AT&T, T-Mobile, Sprint que Verizon revendaient les données de localisation de leurs clients à des chasseurs de primes et à des centaines d'acteurs tiers. Ce trafic se faisait à l'insu et sans l'autorisation des clients.A présent, le régulateur télécom FCC propose une amende conjointe de quelque 200 millions de dollars, selon une source qui s'est confiée à Motherboard. C'est le ministère de la Justice qui devra en fin de compte l'infliger, mais les opérateurs peuvent encore faire appel.A cause de cette pratique, il était relativement facile de connaître - il est vrai via plusieurs intermédiaires - les données d'emplacement de personnes. Il y eut même un shérif qui exploita lesdites données pour espionner des juges et d'autres autorités.L'amende envisagée fait aussi l'objet de pas mal de critiques. C'est ainsi que le sénateur Wyden, qui avait révélé l'affaire au grand public, signale que le FCC ne l'a examinée qu'après qu'elle ait fait plusieurs fois la une des médias. En outre, le montant de l'amende est relativement faible. Les Etats-Unis comptent quelque 278 millions d'utilisateurs mobiles. Le montant de l'amende reviendrait donc à moins d'un dollar par client.