Des adeptes du site de dénonciations Wikileaks ont attaqué le site web et des informations personnelles sur les cartes de crédit de Sarah Palin, a indiqué à ABC News la colistière de John McCain, le candidat républicain à la présidence américaine en 2008 et défait par B. Obama.

Palin s'en était prise à Julian Assange, fondateur de Wikileaks, après la publication de documents relatifs à la guerre en Afghanistan et l'avait qualifié "d'agent anti-américain ayant du sang sur les mains".

"Voilà ce qui arrive, lorsqu'on utilise le Premier Amendement (de la constitution américaine qui garantit la liberté d'expression, NDLR) et qu'on s'oppose à ces tentatives malsaines d'espionnage anti-américain ", a expliqué Palin dans un courriel adressé à ABC à propos de la cyber-attaque dont elle a fait l'objet.

L'attaque a été confirmée par Sean-Paul Carroll, spécialiste en sécurité informatique chez Panda Security. Et d'ajouter que le site du sénateur indépendant et ex-candidat démocrate à la vice-présidence, Joe Lieberman, avait lui aussi été piraté. Lieberman avait appelé les entreprises américaines à ne plus supporter Wikileaks sur le plan technique.

Source: Belga

Des adeptes du site de dénonciations Wikileaks ont attaqué le site web et des informations personnelles sur les cartes de crédit de Sarah Palin, a indiqué à ABC News la colistière de John McCain, le candidat républicain à la présidence américaine en 2008 et défait par B. Obama. Palin s'en était prise à Julian Assange, fondateur de Wikileaks, après la publication de documents relatifs à la guerre en Afghanistan et l'avait qualifié "d'agent anti-américain ayant du sang sur les mains". "Voilà ce qui arrive, lorsqu'on utilise le Premier Amendement (de la constitution américaine qui garantit la liberté d'expression, NDLR) et qu'on s'oppose à ces tentatives malsaines d'espionnage anti-américain ", a expliqué Palin dans un courriel adressé à ABC à propos de la cyber-attaque dont elle a fait l'objet. L'attaque a été confirmée par Sean-Paul Carroll, spécialiste en sécurité informatique chez Panda Security. Et d'ajouter que le site du sénateur indépendant et ex-candidat démocrate à la vice-présidence, Joe Lieberman, avait lui aussi été piraté. Lieberman avait appelé les entreprises américaines à ne plus supporter Wikileaks sur le plan technique. Source: Belga